Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Représentation schématique du rover chinois de la future mission Chang'e 3 dont les équipements devraient rester opérationnels pendant la nuit lunaire

Après Chang’e 1 en 2007 puis Chang’e 2 en 2010, la Chine se prépare d’ici quelques semaines à lancer la sonde Chang’e 3. Il s’agit de la nouvelle étape de son programme d’exploration automatisée de la Lune qui emporte cette fois-ci un petit rover. Le premier depuis quarante ans et le Luna 24 soviétique.

La nouvelle ne fait pas encore les gros titres mais si tout va bien, la Chine lancera le 1er décembre, son robot Chang’e 3 à destination de la Lune à l’aide d’une fusée Longue Marche 3B. Se composant d’un lander de 1,2 tonne et d’un rover de 120 kilogrammes, Chang’e 3 vise Sinus Iridum, la Baie des arcs-en-ciel. Une région qui se situe non loin de la Mer des Pluies dans l’hémisphère nord. Pour information, le site Apollo le plus proche est celui de la mission Apollo 15, vers les Monts Hadley Appenins, beaucoup plus au Sud). Mais, il faut déjà que l'atterrisseur – qui, lui, aurait une vie théorique d’un an car alimenté par un générateur nucléaire -, parvienne à destination. Si tout se déroule comme prévu, ce rover sera donc le premier à rouler sur la Lune depuis Luna 24 en 1976. Cette nouvelle étape du programme Chang’e doit notamment permettre une analyse In Situ du futur site d’atterrissage qui a largement été photographié par Chang’e 2 il y a trois ans. Cette mission s’inscrit dans la Phase 2 du programme chinois d’exploration automatisée de la Lune. Une répétition presque identique de la mission devrait avoir lieu d'ici 2015 avec Chang'e 4.

Comparaison de taille entre l'atterrisseur de la sonde Chang'e 3 et l'ensemble CSM Apollo

L’homme pour la prochaine décennie

D’ici 2017, une étape supplémentaire devrait être franchie au cours de la Phase 3. La Chine planifie en effet l’envoi du véhicule Chang’e 5 pour un retour d’échantillons du sol sélène. Sous quelle forme ? Difficile de répondre à l’heure actuelle car les informations arrivent au compte goutte. Mais l’objectif à long terme, maintenant avoué, sera l’envoi d’hommes autour de l’orbite lunaire pour la seconde moitié de la décennie suivante. Toutefois, nous n’y sommes pas encore.

Dans l’immédiat, avec une astromobile susceptible de naviguer de manière autonome, de prendre des images à la surface ou encore de prélever des échantillons, la Chine entend montrer que les futures informations récoltées devraient permettre « une meilleure compréhension de notre satellite », apprend-on sur le site Moondaily.com. On peut certes supposer qu’il s’agit d’acquérir des informations pour le futur sur une région encore inexplorée de notre satellite. Oui mais Chang'e 3 ne sera qu'à une cinquantaine de kilomètres de Luna 24, dernier engin à s'être posé sur le sol lunaire. La question de visiter un jour un site historique de la conquête de la Lune se posera forcément... Tôt ou tard !

Antoine Meunier

 

Crédits photos et vidéo : DR

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

                                                       La Chronique Spatiale (2013)

Pour patienter avant le lancement, cette petite animation 3D disponible sur la page communautaire China Space

Tag(s) : #Chine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :