Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

World View Capsule

La capsule, qui pourrait accueillir six passagers, grimperait jusqu'à 30 000 mètres d'altitude

Le tourisme spatial continue de se diversifier. Après l’avion voici maintenant le ballon. Pour "seulement" 75 000 dollars, World View Enterprises vous emmène à bord d’une capsule jusqu’à 30 000 mètres d’altitude pour observer la courbure de la Terre.

L'exploit réalisé par Félix Baumgartner l'an dernier ferait-il des émules ? Dans la pratique, il ne s’agit pas ici de réaliser un saut en parachute à 40 000 mètres d’altitude mais de monter à 30 kilomètres à l'aide d'un ballon similaire à celui utilisé par le parachutiste autrichien. Le voyage débutera en embarquant dans la nacelle d'une montgolfière high-tech capable d'accueillir six passagers et deux pilotes jusqu’à 30 kilomètres d'altitude. Arrivés à l'altitude maximum, vous profitez de la vue « en sirotant une boisson de votre choix ». A cette hauteur, il est en effet possible de distinguer la courbure terrestre et le noir de l’espace. Cependant, vous ne profitez pas de la gravité zéro. Pour les futurs passagers, ce vol s’apparente donc plus à une "croisière tranquille" à trente mille mètres. La durée estimée du périple tournerait entre deux et six heures avant une redescente sous parafoïl.

 

Un voyage aux frontières de l'espace avec World View

Objectif 2016

Ce projet est développé par la firme World View Enteprises, filiale de Paragon Space Developpement Corporation (impliquée notamment dans la mission Inspiration Mars lancée par Dennis Tito) qui est basée à Tucson en Arizona. Depuis une vingtaine d’années, cette société développe des systèmes de contrôle de l’environnement et de contrôle thermique qui ont notamment volé sur la Navette spatiale ainsi que sur les stations Mir et ISS.

Si la limite officielle de l'espace se situe à 100 kilomètres, l'administration américaine de l'aviation civile (FAA*) a qualifié la nacelle World View comme engin spatial dans une lettre publiée par le site de la société. A 30 kilomètres d'altitude, une personne sans protection peut en effet subir, comme en orbite basse, une décompression. Si le véhicule est donc qualifié "spatial", ses futurs passagers ne seront toutefois pas équipés de combinaisons pressurisées. L’objectif est avant tout de pouvoir évoluer de manière confortable. Mais sans l’attrait de la gravité zéro, cette expérience d’accès à l’espace ne paraît-elle pas un peu limitée ? Le frisson d’un vol supersonique comme celui proposé par Virgin Galactic ou Xcor Aerospace est absent. Il n’y aura pas d’aéro-largage ni de décollage en chandelle (comme avec le Lynx) donc pas d'accélération qui vous plaque dans votre siège avant de pouvoir flotter en liberté. Si le prix demandé reste onéreux (75 000 dollars), c'est une autre méthode de découvrir l’espace qui est présentée. Le premier vol est programmé pour 2016.

Antoine Meunier

 

Crédits photos et vidéo: World View enteprises

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

*FAA : Federal Aviation Administration

 

 

 

 

                               La Chronique Spatiale (2013)

Un premier vol pas avant 2016...

Tag(s) : #Tourisme spatial

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :