Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Située à 500 années-lumière de la Terre, Kepler 186f est la première exoplanète découverte d'une taille proche de celle de la Terre

La NASA l’a annoncé jeudi. Située dans la constellation du Cygne, la cinquième planète du système Kepler 186, présente une taille équivalente à celle de la Terre et se trouve dans la zone habitable de son soleil.

Depuis 1995 et la découverte de 51Peg b, la toute première exoplanète, près de 1781 planètes extrasolaires ont été officiellement recensées. Découverte grâce aux informations recueillies par la sonde Kepler, Kepler 186f marque une nouvelle étape puisqu’il s’agit de la toute première planète qui présenterait des similitudes avec la Terre. D’abord par la taille, son rayon serait de 1,1 fois celui de la Terre. Ensuite, celle-ci se situe dans la zone habitable de son étoile. Comprenez la bonne distance ou, selon notre modèle, il ne doit faire ni trop chaud ni trop froid pour que les conditions favorables à l'émergence de l’eau liquide, et bien entendu d'une forme de vie. « La découverte de Kepler constitue un pas significatif pour découvrir des mondes comme notre Terre », souligne Paul Hertz, directeur de la division Astrophysique au siège de la NASA à Washington dans le communiqué publié par l'administration spatiale américaine sur son site. Cette nouvelle exoplanète se trouve tout de même à 500 années-lumière de notre monde natal. Elle décrirait une révolution autour de son étoile en 129,9 jours terrestres. Ajoutons qu’elle est accompagnée par quatre autres planètes qui orbitent autour de leur soleil. Ces dernières ne sont toutefois pas situées dans la zone habitable car elles sont trop proches de l’étoile.

C'est la sonde Kepler lancée en 2009 qui a permis de localiser Kepler 186f. Elle a également observé 150 000 étoiles jusqu'à l'an dernier

Prudence malgré tout

Pourtant, pas question de s’emballer non plus. On connait encore peu de choses Soulignons que Kepler 186f n’a pas été observée directement mais a été découverte selon la méthode dite des transits. C’est-à-dire que l’on étudie les éclipses provoquées par une planète au cours de son passage devant une étoile. Malgré cette annonce, tout de même de bon augure pour dénicher un jour une planète réunissant des conditions favorables à la vie, les scientifiques restent tout de même prudents. « Etre dans la zone habitable ne signifie pas que nous savons si cette planète est habitable. La température sur la planète dépend fortement de l’atmosphère dont elle est dotée », indique Thomas Barclay chercheur au centre de recherches Ames de la NASA et coauteur de l’étude parue dans Science.

Si Kepler 186f est trop lointaine pour être étudiée à l’aide de nos télescopes actuels, elle montre néanmoins que des mondes d’une taille semblable à celle de la Terre doivent sans doute exister en nombre hors de notre système solaire. L’exploration ne fait que commencer...

Antoine Meunier

 

 

 

Crédits illustrations : NASA Ames/SETI Institute/JPL-Caltech/NASA

Sources : NASA

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0