Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aller sur Mars nécessite une volonté politique affirmée

L’exploration spatiale habitée est-elle vouée à l’échec ? Le récent rapport publié par l’Académie américaine des sciences souligne notamment que rien ne peut être fait sans un engagement politique ferme. 

Il aura fallu 286 pages pour que l’académie américaine des sciences rende son verdict. Qu’apprend-on ? Outre que les principales destinations « atteignables » sont la Lune, les astéroïdes, Mars et ses deux satellites, l’objectif « ultime », c’est la planète Mars. Cependant, retourner sur la Lune reste quand même une étape intermédiaire importante avant d’entamer le voyage vers la planète Rouge. Que les vols habités coûtent, malgré tout, des milliards de dollars. Ce qui n’est pas nouveau. En 2010, le rapport Augustine jugeait pour sa part le programme Constellation infaisable sans un financement adéquat.  Ainsi, si aucune recommandation budgétaire n'est préconisée, il est néanmoins indiqué qu'une augmentation de seulement 5 % du budget des vols habités de la NASA permettrait, entre autres "de réduire les risques techniques". Ce nouvel exposé recommande également « l’exécution d’une séquence spécifique de réalisations et destinations intermédiaires menant à l’objectif ‘ultime’ de faire atterrir des hommes sur Mars ».  Mais à multiplier les étapes n’y a-t-il pas le risque de continuer à enliser indéfiniment les vols habités à l'orbite basse comme c’est le cas depuis plus de quarante ans? Par ailleurs, si l’on décide de choisir Mars comme destination, ne vaut-il donc pas mieux y aller directement plutôt que de faire un détour par le point de Lagrange ou un astéroïde ?

Retourner sur la Lune : une étape nécessaire avant d'aller sur Mars ?

Aller vers une coopération internationale totale

Par ailleurs sans une volonté politique ferme, rien ne pourra être entrepris. «  Notre comité a conclu qu’aucun programme d’exploration habitée ne réussira sans un financement adéquat et un engagement ferme des dirigeants de notre nation. Mais cet engagement ne pourra pas changer élection après élection », déclare Mitchell Daniels co-président du comité chargé de la rédaction du rapport. Sans quoi...

Dans le passé, le programme Apollo n’aurait jamais eu lieu sans la volonté de JFK et aujourd’hui, c’est l’ISS qui n’existerait pas sans une coopération internationale. En parlant de coopération justement, le rapport suggère aussi clairement que la Chine ne soit plus considérée comme une rivale mais bien de la considérer comme un partenaire à part entière. « Il est évident que, compte tenu du développement rapide des capacités de la Chine dans l'espace, il est dans l’intérêt des Etats-Unis d'être ouverte à son intégration dans les futurs partenariats internationaux. » peut-on lire en page 20. Finalement, la route de Mars tient peut-être à peu de choses…

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos et vidéo : NASA

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

©                                             La Chronique Spatiale (2014)

Petite vidéo du programme Constellation (aujourd'hui abandonné) illustrant le retour des hommes sur la Lune tel qu'on l'envisageait il y a encore quatre ans

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0