Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La capsule Dragon V2 est ici photographiée au siège de la firme Space X à Hawthorne en Califormie

La semaine dernière, Elon Musk a dévoilé la version habitée de la capsule Dragon. Un vaisseau dont la mise en service pourrait intervenir d’ici deux ou trois ans.

C’est au cours d’une mise en scène parfaitement huilée que le patron de la firme Space X a présenté « sa » solution pour pallier à la dépendance américaine au vaisseau Soyouz. A 70 millions de dollars le prix du siège dans la vénérable capsule russe, on peut comprendre que la NASA aimerait rapidement retrouver son autonomie pour ce qui est des vols habités. Elon Musk, qui a aussi inventé Paypal, envisage même de descendre ce coût à « seulement » 20 millions. Selon Elon Musk, le Dragon V2, susceptible d’embarquer jusqu’à sept astronautes, pourrait se poser « n’importe où sur Terre avec la précision d’un hélicoptère » grâce à son système de rétrofusées. "Voilà comment un vaisseau spatial du XXIème siècle devrait atterrir", s'enthousiasme l'entrepreneur. Néanmoins, en cas de défaillance du rétrofreinage, le vaisseau pourra avoir recours à des parachutes. L’animation 3D mise en ligne par Space X est d'ailleurs très bien faite. Avec son nez amovible, Dragon V2 pourra lui-même s’amarrer à l’ISS à l’inverse de son frère aîné qui oblige les astronautes à utiliser le bras robot pour assujettir la capsule au complexe orbital. Autre point très important : cet astronef, tout droit sorti de Star Wars Episode III, serait « immédiatement » réutilisable. Bref, c’est l’accès à l’espace rapide dont tous les ingénieurs rêvent. Mais la mise en oeuvre d'un vecteur de lancement sera sans doute un peu plus longue...

Sept astronautes pourront prendre place à bord du vaisseau

Un optimisme débridé

Car tout vaisseau, quel qu'il soit, exige une phase de mise au point et le Dragon V2 n'échappera pas à cette règle. Quand on sait qu’un programme aérospatial demande de nombreuses années d’essai (le développement du MPCV-Orion en est une bonne illustration), Elon Musk donne le sentiment d’un optimisme sans borne en annonçant un premier vol d’ici deux à trois ans et surtout « un grand saut technologique ». Toutefois, les obstacles dans la réalisation de cet élégant vaisseau spatial seront probablement nombreux. Mais qu’importe finalement, car après la berline électrique (la Tesla, une voiture très haut de gamme bien réelle), le train subsonique du futur (Hyperloop), Elon Musk veut démontrer que le rêve d’une capsule spatiale réutilisable est chose possible. Pour cela, il faudra au minimum l'année 2017 pour un début de réponse.

 

Antoine Meunier

 

 

 

Crédit photos et vidéo : NASA/Space X/Space X

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

©                                             La Chronique Spatiale (2014)

Dragon V2 pourra atterrir à l'aide de ses rétrofusées...

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0