Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Première photo prise par la sonde Mangalyaan avec la Mars Color Camera. Nous sommes à 7 300 km d'altitude au-dessus de la surface. Evidemment, la résolution n'est pas aussi bonne (376 m) que pour les sondes américaines ou russes mais il convient de saluer la performance

Après un voyage de trois cents jours dans l’espace, la sonde Mars Orbiter Mission a rejoint l’orbite de Mars. Elle permet à l’Inde de faire son entrée dans le club très fermée des puissances possédant un engin spatial en orbite autour de la planète Rouge.

A bien y regarder, l’Inde a réussi le pari du « Faster, Better but Cheaper ». La vieille devise de Dan Goldin, l’administrateur de la NASA des années 90 réussit parfaitement à l’agence spatiale indienne (ISRO) puisque cette dernière a envoyé vers la planète Rouge une sonde spatiale de petite taille. Une contrainte qui est aussi dictée par les performances du lanceur PSLV. Mais l’essai est marqué dès le premier coup avec un engin conçu en à peine trois ans et dont le budget tient dans une enveloppe de 74 millions de dollars quand celui de la sonde américaine MAVEN (qui vient également de se placer en orbite martienne), dépasse 671 millions. L’Inde a donc choisi de voyager léger. La charge utile du vaisseau représente seulement 15 kilogrammes de la masse totale. MOM, ou Mangalyaann (véhicule martien en sanskrit), ne pèse en effet « que » 1 350 kilogrammes dont 852 sont des ergols. Une proportion très élevée qui s’explique par le fait que le lanceur PSLV n’était pas suffisamment puissant pour insérer le vaisseau sur une trajectoire martienne. A six reprises, la sonde a du relever son orbite pour s’échapper vers Mars. A titre de comparaison, la sonde européenne Mars Express, d’un poids similaire à Mangalyaan, n’embarque que 457 kilogrammes d’ergols. Sa charge utile, quant à elle, s’élève à 173 kilogrammes.

Fichier:Mars Orbiter Mission - India - ArtistsConcept.jpg

Parmi les objectifs scientifiques de Mangalyaan figurent la recherche de traces de méthane

Que va faire la sonde ?

Prévue pour tourner au moins six mois en orbite autour de la planète Rouge, Mangalyaan va s’intéresser à l’atmosphère de Mars et tenter de détecter d’éventuelles traces de méthane ou encore la présence d’eau sur le sol de la planète. Cinq instruments doivent lui permettre de remplir son objectif scientifique, parmi lesquels un détecteur de méthane, un spectromètre et une caméra couleur. Cependant, la sonde Mangalyaan est en fait plus un démonstrateur qui doit permettre de démontrer les capacités indiennes dans les domaines de la navigation spatiale ou encore des télécommunications spatiales. Mais elle donne ainsi à l’Inde l’opportunité de devenir la quatrième nation à lancer un orbiteur autour de Mars. Néanmoins elle devient le premier pays d’Asie, devant la Chine et le Japon, à réussir cet exploit.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : ISRO

Crédit vidéo : DR

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

©                                           La Chronique Spatiale (2014)

A revoir, le 5 novembre 2013 le lanceur PSLV-XL décollait du centre spatial de Satish Dhawan

Tag(s) : #Exploration

Partager cet article

Repost 0