Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tiangong-1-Heavenly-Palace-Chinese-space-station

Après Tiangong 1, la Chine doit lancer Tiangong 2 en 2016.

Une nouvelle sonde vers la Lune pour le mois de décembre prochain, les lancements de la mission Shenzhou 11 et du laboratoire Tiangong-2 et celui du vaisseau cargo Tianzhou-1. Ce sera, dans l'immédiat, le programme de l'exploration  et du vol habité en Chine.

La nouvelle est tombée durant le 27ème Congrès de l’Association des explorateurs d’espace (ASE) qui se tenait cette semaine à Pékin. L’année 2016 sera donc importante pour les taïkonautes puisque le vaisseau Shenzhou 11 sera lancé en direction de la future station Tiangong 2. Pour mémoire*, le successeur de Tiangong-1 doit pouvoir rester en orbite pendant deux ans et être ravitaillé en vol. Ce sera la mission du vaisseau Tianzhou-1. En 2018, un module expérimental doit normalement être placé sur orbite avant l’achèvement de la grande station prévue pour 2022. « Nous pensons que les être humains vont poursuivre leurs activités d’exploration plus loin dans l’espace ainsi que vers la Lune », déclarait à ce sujet Yang Liweï, le taïkonaute, héros de la mission Shenzhou 5, premier vol habité chinois en 2003, et aujourd’hui l’un des principaux responsables du programme spatial chinois.

La Lune d'ailleurs ? La Chine s’y prépare à y retourner d’ici la fin de la présente année par l’intermédiaire de la sonde Chang’e 4. Un vaisseau qui, à la manière du vénérable Zond 5 soviétique de 1968 devra effectuer un survol de la Lune avant de revenir vers la Terre.

China Return Capsule

Une capsule de retour dont la forme évoque celle du module Shenzhou

La station, l'étape obligée

Objectif de cette nouvelle et ambitieuse mission : tester les technologies nécessaires à la mission Chang’e 5 de retour d’échantillons envisagée pour 2017. La photo interpelle forcément car cette capsule de rentrée présente une forme très similaire à la capsule de retour des taïkonautes du vaisseau Shenzhou. Mais comme nous venons de l’indiquer plus haut, une mission habitée vers la Lune n’est pas encore d’actualité. La station reste l'étape obligée avant.

Cette autre illustration montre les principaux éléments de la sonde Chang'e 5 prévue pour 2017. La future capsule de retour des échantillons est l'élement en vert.

Néanmoins, cela montre que les programmes Shenzhou et Chang’e sont étroitement liés. De plus, pour la Chine, la collecte de données reste indispensable avant d’envoyer des hommes autour de la Lune. Si les ingénieurs chinois ont acquis la maîtrise de l’alunissage lors de la mission Chang’e 3 l’année dernière, il faut aussi apprendre à revenir de la Lune. La sonde Chang’e 4 va donc permettre d’acquérir de nouvelles connaissances dont celles du rendez-vous lunaire et la rentrée atmosphèrique interplanétaire. A l’image des sondes américaines des années 60 qui ont ouvert la voie aux vaisseaux Apollo, les sondes Chang’e préparent à leur tour le terrain pour les futures missions habitées lunaires de la Chine.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : CASC/

Crédit vidéo : DR

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

(Dernière mise à jour : 12/09/14, 23h47)

 

* LCS du 6 avril 2013 : http://lachroniquespatiale.over-blog.fr/article-deux-semaines-de-mission-pour-shenzhou-10-116836104.html

 

 

©                                           La Chronique Spatiale (2014)

Avant d'envoyer des hommes sur la Lune, la Chine veut disposer, pas après pas, de sa propre station spatiale.

Tag(s) : #Vols habités-Exploration

Partager cet article

Repost 0