Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une vue abyssale ? Non, la face nocturne de la comète 67P Churyumov-Gérasimenko

Plus que quatre jours avant que le petit atterrisseur européen ne « vole » de ses propres ailes pour rejoindre « Agilkia », le nom retenu pour son site d’atterrissage.

La photographie spatiale offre des instants souvent stupéfiants. Ce n’est pas James Cameron qui a pris le cliché ci-dessus lors de sa mission sous-marine Deepsea en 2012 dans la Fosse des Mariannes mais bien la sonde Rosetta à l’aide de la caméra Osiris. Pris du côté de la « Face Cachée », la lumière solaire donne une curieuse et étrange impression au cliché ci-dessus de la comète Churyumov-Gérasimenko qu’observe actuellement la sonde européenne Rosetta. Celle qu’un engin submersible éclaire un récif de corail à des kilomètres sous la mer. En réalité, nous nous trouvons au fin fond de l’espace à plus d’un demi-milliard de kilomètres de la Terre. Et dans un décor seulement illuminé par la clarté solaire, c’est le petit lander Philae qui tentera mercredi de se poser sur le site Agilkia de la comète Churyumov-Gérasimenko.

 

En avant vers Agilkia pour Philae

Déjà un succès

Pour la première fois un engin tentera de se poser en douceur sur une comète. Et même s’il s’agit d’un pari risqué, « La mission est déjà un succès, la tentative d’atterrissage de Philae constitue la cerise sur le gâteau », estime-t-on à l'ESA. L’autre première est d’avoir déjà réussi l’exploit de placer Rosetta en orbite autour de la comète en août dernier. Alors, sauf incident et à part une réaction intempestive de la comète que les scientifiques ne peuvent pas prévoir, on ne voit pas ce qui pourrait empêcher la mission de se poursuivre jusqu’à l’atterrissage du lander. Néanmoins, pour réussir sa descente, Philae ne doit pas non plus descendre trop rapidement au risque de rebondir du fait d’une gravité presque nulle et de l’absence de tout contact direct. Il faut en effet un total de quatre-vingts minutes pour une communication aller-retour et la descente vers Agilkia prendra tout de même sept heures. Ce n'est que vers 17h, heure de Paris, que le cri de victoire de Philae devrait nous parvenir… On croise les doigts.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : ESA/Rosetta/Navcam

Crédit vidéo : ESA

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

©                                             La Chronique Spatiale (2014)

Pour savoir comment Philae descendra, voici une petite vidéo concoctée par l'ESA

Tag(s) : #Vols habités-Exploration

Partager cet article

Repost 0