Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au cours de sa conférence, Jean-Jacques Dordain est notamment revenu sur la mission Rosetta qui doit se poursuivre cette année

Au cours de sa conférence, Jean-Jacques Dordain est notamment revenu sur la mission Rosetta qui doit se poursuivre cette année

Le directeur général de l’ESA recevait ce matin la presse au siège de l’administration spatiale européenne pour son traditionnel rendez-vous de début d’année. L’occasion d’évoquer les moments forts de 2014, marquée notamment par la mission Rosetta.

Pour Jean-Jacques Dordain, 2014 aura marqué l’aboutissement de deux grandes missions. La première c’est bien sur Rosetta qui a culminé avec l’atterrissage de Philae sur la comète « Tchury » le 12 novembre et la dernière mission ATV. « Il s’agit de deux programmes de vingt ans », précise le directeur général. Le 14 février prochain, Rosetta doit descendre à seulement six kilomètres au-dessus de la comète. « Cette mission offrira du travail aux chercheurs pour quelques décennies. J’espère qu’il y aura des prix Nobel associés aux résultats… ». A noter également, le 13 août, la comète Tchuryumov-Gerasimenko sera à son point le plus proche du Soleil.

Seconde mission importante ; le lancement du cinquième et dernier vaisseau ravitailleur européen, le Georges Lemaitre, qui, le 13 février, terminera sa carrière par une rentrée atmosphérique. Toutefois en 2018, la capsule américaine Orion volera avec un module de service dérivé de celui du ravitailleur européen.

L’un des autres défis « majeurs » de 2014 aura bien entendu été la conférence ministérielle du 2 décembre dernier. Jean-Jacques Dordain évoque ainsi « l’effort exceptionnel » réalisé par les états membres de l’ESA qui a permis la prise de décision sur Ariane 6 et Vega C et le booster P-120, commun aux deux lanceurs ainsi que la prise de décision sur l'ISS et sur Exomars. La mission 2016 est presque prête et les contrats industriels de la mission de 2018 doivent être signés à la mi-2015.

L'IXV, une mini navette automatique pesant tout de même deux tonnes, doit être lancé par Vega le mois prochain

Confiance dans l'avenir

Cette année promet donc d’être chargée. Parmi les défis qui attendent l'ESA figure entre autres le tir de l'IXV programmé le 11 février. Ce démonstrateur de deux tonnes doit permettre à l’Europe de se doter des technologies de la rentrée atmosphérique. Côté vols habités, les astronautes Andreas Mogensen et Tim Peake effectueront leur première mission en fin d’année (dix jours pour le premier et six mois pour le second). Samantha Cristoforetti, actuellement en vol doit revenir sur Terre le 12 mai. Sur le même sujet, Jean-Jacques Dordain rappelle que trois missions avec des astronautes de l’ESA sont également programmées sur l’ISS après 2017. La dernière sélection d’astronautes pourrait même être ajustée avec des finalistes de 2009. De plus, Jean-Jacques Dordain se veut plutôt confiant sur l’avenir des vols habités. « Car avec le développement d’Orion et du SLS, les briques se mettent en place pour aller au-delà de l'orbite basse. Le calendrier dépendra de la capacité des partenaires à se mettre d’accord et bien sur des ressources financières. »

Enfin, cette conférence est également la dernière du genre pour Jean-Jacques Dordain. Celui-ci ajoute non sans humour : « ce ne sera pas la transition la plus difficile, l’ESA a toujours su montrer sa capacité à s’améliorer ». Le 1er juillet prochain, c’est en effet l’Allemand Johann-Dietrich Woerner, actuel patron du DLR, qui lui succèdera pour un mandat de cinq ans avec de nouveaux défis à relever pour les prochaines années.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : Antoine Meunier/ESA-J.Huart

Crédit vidéo : ESA

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

©                                  La Chronique Spatiale (2015)

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0