Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

File:Solar Impulse SI2 pilote Bertrand Piccard Payerne November 2014.jpg

Le Solar Impulse 2, photographié ici en novembre 2014, a déjà bouclé quatre des douze étapes de son tour du monde

Résultat de douze ans de recherches, le Solar Impulse deuxième du nom a débuté son tour du monde lundi 9 mars. Piloté alternativement par André Borschberg et Bertrand Piccard, le gigantesque avion solaire vient de boucler le tiers de son voyage.

Avec soixante-douze mètres d'envergure, son envergure dépasse celle d'un Boeing 747. Sur toute la longueur de l’aile sont disposées les 17000 cellules destinées à recevoir l’énergie solaire nécessaire à l’alimentation des quatre hélices bipales. Toutefois, la silhouette de  ce second appareil (immatriculé HB-SIB), évoque plus celle d’un planeur que celle d’un avion long courrier. Après avoir décollé de Varanasi en Inde, Bertrand Piccard a ainsi rallié la ville de Mandalay en Birmanie jeudi dernier, après treize heures de vol grâce à cet aéronef pas comme les autres. Son périple de 1400 kilomètres lui a notamment permis de voler au-dessus de la chaine de l’Himalaya. Treize heures et vingt-neuf minutes dans une cabine non pressurisée à survoler les plus hauts sommets du monde par leur face sud. Au cours de la seconde étape entre Mascate, capitale du sultanat d’Oman et Ahmedabad située en Inde, Bertrand Piccard a parcouru 1465 kilomètres au-dessus de l’Océan Indien à une altitude de 8230 mètres. Il a ainsi battu le record de la plus grande distance jamais franchie par un avion solaire. Cependant, ce record doit logiquement tomber plusieurs fois d’ici le terme du voyage.

 

En 2011, l'équipe de Solar Impulse présentait au Bourget la première version de son concept, ici exposé sous son hangar

Cinq jours en vol

En effet, L’une des parties les plus ambitieuses qui attendent Solar Impulse 2 durant son voyage, sera déjà sa première traversée d’un océan. Ce sera l’étape qui doit le conduire de Nankin en Chine jusqu’à Hawaï en plein Pacifique Sud. Il faudra couvrir plus de 8100 kilomètres. Le temps de vol estimé pour ce voyage est de 120 heures, soit cinq jours, à la seule force de l'énergie solaire. C’est même tout l'enjeu que Bertrand Piccard et André Borschberg entendent promouvoir : une énergie propre pour la planète, entre autres. Car le SI2 doit pouvoir tenir l’air pendant cinq jours uniquement grâce au courant stocké dans ses batteries.

Le tour du monde de Solar Impulse doit durer sur cinq mois dont vingt-cinq jours de vol effectif avant un atterrissage prévu à Abu Dabi prévu vers la fin juillet ou la fin août. Cependant, ce défi pose une quand même une autre question : verrons-nous un jour des avions à propulsion électrique ? Il existe déjà des engins spatiaux utilisant l’énergie solaire pour s'alimenter en énergie, alors pourquoi pas un jour des avions gros porteurs.

La prochaine étape de Solar Impulse le conduira de Mandalay à Tchongking en Chine...

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : Milko Vuille/A.Meunier

Crédit vidéo : DR

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

Avec cet article consacré au Solar Impulse, inaugurons la rubrique "Futur et Technologie" de "LCS".

 

 

 

©                                                         La Chronique Spatiale (2015)

Le 9 mars, le SI2 avec André Borshberg aux commandes décollait d'Abu Dabi en direction d'Oman, la première étape du voyage

Tag(s) : #Futur-Technologie

Partager cet article

Repost 0