Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La reprise d'activité de Philae va se faire étape après étape

La reprise d'activité de Philae va se faire étape après étape

Après la reprise de contact tant attendue avec le vaillant petit atterisseur le week-dernier, les responsables de la mission ont présenté mercredi 17 juin au Salon du Bourget les toutes dernières nouvelles.

Il aura quand même fallu attendre sept mois mais Philae paraît increvable. Ainsi, après la liaison survenue dans la nuit de samedi à dimanche dernier, trois autres contacts d’une dizaine de secondes ont suivi vingt-quatre heures plus tard. Les analyses sont en cours pour déterminer avec exactitude la date de son réveil. Mais pour que les communications s’affinent, la trajectoire de la sonde Rosetta a été optimisée. Côté ressources, Barbara Cozonni, du DLR, indique que les panneaux solaires collectent de l’énergie. Par rapport au mois de novembre 2014, la durée d’ensoleillement de Philae a doublé passant ainsi à trois heures. Cependant, si les nouvelles sont bonnes, le retour d’activités de Philae va cependant se faire par étapes. «Il s’agit d’y aller progressivement, du moins risqué au plus risqué », précise Philippe Gaudon chef de projet Philae pour le CNES. Ainsi, les instruments scientifiques les moins gourmands en énergie seront mis en fonction les premiers (MUPUS et SESAME). Au cours de la seconde étape, les ingénieurs devraient réactiver les caméras CIVA et ROLIS. Puis, si tout se passe bien, la foreuse SD2 pourrait aussi être relancée.

Les responsables de la mission Philae dont Jean-Pierre Bibring et Philippe Gaudon (2nd et 3ème en partant de la gauche) ont dressé le récent bilan de Philae

Les responsables de la mission Philae dont Jean-Pierre Bibring et Philippe Gaudon (2nd et 3ème en partant de la gauche) ont dressé le récent bilan de Philae

Une comète « coopérative »

Depuis quelques jours, c’est donc une toute nouvelle étape de la mission Rosetta qui s’ouvre. Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique de Philae à l’Institut d’astrophysique spatial d’Orsay n’hésite pas à parler de «frustration» quand le lander s’est endormi à la fin de l’automne. Mais à présent, « cette frustration s’est changée en excitation car les données acquises par la sonde sont encore loin d’être complètes. » Ainsi, les scientifiques pensaient que les comètes étaient faites de glaces, grâce à Philae on sait maintenant que la comète 67P Tchouryoumov-Gérasimenko renferme des matières organiques. « La glace n’est pas le ciment de la comète. C’est très important pour de comprendre l’évolution du Système solaire ». Les premiers résultats de cette extraordinaire mission devraient être publiés dans les prochaines semaines indique Jean-Pierre Bibring pour qui « le rêve se poursuit ». Actuellement, la fin de mission est programmée au 31 décembre prochain. Toutefois, il est envisagé de jouer une prolongation jusqu’en septembre 2016. Les ingénieurs prévoient ainsi un final grandiose, puisqu’il consistera à faire descendre Rosetta en spiralant jusque sur la surface de Tchoury. La décision reste néanmoins encore à prendre.

Antoine Meunier

 

Crédit photos : Antoine Meunier

Contact

http://lachroniquespatiale.overblog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

©                                 La Chronique Spatiale (2015)

 

Tag(s) : #SIAE

Partager cet article

Repost 0