Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vue de Tchouri prise le 30 juillet à 178 km de distance par Rosetta avec la NAVCAM de Rosetta

Vue de Tchouri prise le 30 juillet à 178 km de distance par Rosetta avec la NAVCAM de Rosetta

Dans quelques jours, la comète 67P Tchuryumov Gérasimenko passera au plus près de notre étoile. Depuis le 12 novembre dernier, rarement une mission d’exploration nous aura autant tenu en haleine. Retour sur les temps forts des neuf derniers mois.

Après dix ans de voyage dans le Système solaire, l’Europe de l’espace décroche son « Apollo 11 ». Nous sommes le 12 novembre 2014, la sonde Rosetta vient de larguer le module Philae. Il mettra sept heures et deux rebonds avant d’atteindre la surface de Tchouri dans la région Abydos. Après soixante heures de transmission, la durée initiale de ses batteries, le vaillant atterrisseur s’endort. A Darmstadt et à Toulouse, on attend patiemment que la comète offre des conditions d’ensoleillement qui permettent à Philae de recharger ses batteries. Restée en orbite, Rosetta ne perd pas son temps et communique régulièrement des photos toutes plus stupéfiantes les unes que les autres de la surface de ce monde inconnue. De leur côté, les scientifiques livrent les premières analyses de la surface de Tchouri. Parmi les surprises, on découvre que la composition isotopique de l’eau est différente de celle présente dans les eaux terrestres. L’eau de la comète est plus riche en deutérium. On note également la présence de méthane, d’ammoniac ou encore de monoxyde de carbone Pendant ce temps au sol, on guette anxieusement une reprise de contact avec l’atterrisseur. Cela est attendu pour mars.

Rosetta, dont voici la maquette lors du dernier Salon du Bourget, ne devrait pas se tenir à moins de 150 km d'altitude pour éviter d'être affecté par le dégazage de la comète lors du passage au périhélie du 13 août

Rosetta, dont voici la maquette lors du dernier Salon du Bourget, ne devrait pas se tenir à moins de 150 km d'altitude pour éviter d'être affecté par le dégazage de la comète lors du passage au périhélie du 13 août

Contact pendant 20 minutes

Ce n’est finalement que la veille de l’ouverture du Salon International de l'Air et de l'Espace du Bourget que Philae se rappelle au bon souvenir de ses concepteurs. Nous sommes dans la nuit du 13 au 14 juin. Pendant 85 secondes, Rosetta qui survolait le site d’atterrissage, réussit à établir un contact avec le lander. Quarante secondes de données scientifiques sont récupérées. Par ailleurs, la sonde est reprogrammée pour améliorer les communications. L’aventure peut reprendre car il reste d'importantes quantitées de données. Près de 8 000 paquets seraient disponibles dans la mémoire de l’atterrisseur. Sept contacts auront lieu entre le 13 et le 24 juin. Puis plus rien, Philae joue avec les nerfs des scientifiques. Le 9 juillet, une transmission de vingt minutes est établie permettant notamment d’affiner plus précisément la localisation de Philae.

Trois semaines plus tard, sur Terre, les résultats scientifiques des journées du 12 au 14 novembre sont publiés dans le numéro d’août de la revue Science. Seize composés organiques ont été détectés par les instruments. Quatre ont retenu l’attention des scientifiques : l’acétone, l’acétamide, l'isocyanate de méthyle et le propianaldéhyde. « Ces molécules sont des précurseurs de molécules importantes pour la vie comme les sucres, les acides aminés, ou les bases de l’ADN », apprend-on sur le site du CNES. La prudence reste de mise...

Aujourd'hui, alors que Philae observe à nouveau le silence, la mission se poursuit toujours en orbite. Rosetta, fidèle au poste poursuit ses investigations, notamment sur le processus de dégazage de la comète. Le 13 août marque une nouvelle étape puisque Tchouri sera au plus près du Soleil à 186 millions de kilomètres. Du fait du dégazage, il est prévu de positionner Rosetta à 150 kilomètres d’altitude pour lui éviter tout risque d’être affectée par les particules de la comète. Reste maintenant à rétablir les communications avec le lander. Les scientifiques estiment que l'ensoleillement sur la comète devrait rester favorable jusqu'en novembre. Jusqu'ici,  même s'il a pris son temps, l'atterriseur a toujours tenu ses promesses. Croisons les doigts...

Antoine Meunier

 

Crédit photos : ESA-Rosetta-NAVCAM/Antoine Meunier

Crédit vidéo :

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

La Chronique Spatiale marque une petite pause pendant le mois d'août. Retour prévu dès la première semaine de septembre. Merci à tous pour votre fidélité...!

 

 

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2015)

 

Quand la science influence la science-fiction, cela donne Ambition, le court-métrage co-produit par l'ESA à l'occasion de la mission Rosetta avec notamment deux des acteurs de la série Games of Throne

Tag(s) : #Exploration

Partager cet article

Repost 0