Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur cette image en fausses couleurs du cratère Hale prise par la caméra HiRise, les lignes appelées RSL sont en brun et peuvent mesurer plusieurs centaines de mètres de long

Sur cette image en fausses couleurs du cratère Hale prise par la caméra HiRise, les lignes appelées RSL sont en brun et peuvent mesurer plusieurs centaines de mètres de long

C’est la « grosse » nouvelle de la semaine. La NASA a annoncé lundi avoir détécté de l’eau liquide à la surface de Mars sous forme d’écoulements. Une trouvaille observée grâce à à la caméra HiRise de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.

L’eau sur Mars n’est pas une nouveauté. On le sait depuis longtemps, celle-ci est présente sous forme solide ou bien à l’état gazeux. En orbite, la sonde Mars Global Surveyor a notamment photographié des ravins et des écoulements de débris suggèrant qu'il puisse y avoir de l'eau liquide. De plus, les observations orbitales de Mars Odyssey ont montré que la glace d’eau est présente dans les pôles. En janvier 2004, c'est Mars Express qui confirme l'existence de glace d'eau au pôle sud de Mars. Quatre ans plus tard, le petit atterrisseur Phoenix, qui s’est posé quasiment au pôle nord de la planète, observe la disparition de glace.

Aujourd’hui de quoi parle-t’on ? Grâce aux observations fournies par la caméra HiRise de Mars Reconnaissance Orbiter, de longues lignes sombres ont pu être distinguées sur les flancs de pentes. Quelque chose qui est observée depuis déjà quatre ans. De couleurs noirâtres, ces traînées ont été baptisées RSL pour « Recurring Slope Lineae », ou lignes de pentes récurrentes. Elles apparaissent à l’été, quand la température est supérieure -23 degrés Celsius. Elles disparaissent ensuite au moment de la saison froide. Ces traces évoquent l’action de l’eau liquide sur les pentes. Néanmoins, compte tenu de l’environnement martien (atmosphère ténu et froid polaire), il est impossible que l’eau liquide puisse exister.

Sur les deux photos prises par Phoenix à quatre jours d'intervalle, la glace s'est sublimée

Sur les deux photos prises par Phoenix à quatre jours d'intervalle, la glace s'est sublimée

Jusqu'à -70 degrés

Cependant, l’étude qui a été menée par le chercheur Lujendra Ojha de l’Institut de Technologie d’Atlanta, a permis de découvrir la présence de sels (perchlorates de magnésium et chlorates précisément) grâce à une analyse spectrale de la sonde MRO et de son instrument CRISM  dans ces ravines. Ces mêmes sels hydratés pourraient empêcher le gel de l’eau dans des températures qui peuvent descendre « jusqu’à -70 degrés Celsius », précise le communiqué de la NASA de lundi. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les perchlorates sont détectés sur Mars. Les sondes Phoenix et Curiosity en ont déjà détectés au sol. MRO est cependant la première sonde martienne à en apporter la preuve depuis l’orbite. Pour Lujendra Ojha, aucun doute, les nouvelles découvertes sont des preuves supplémentaires que les lignes noirâtres observées depuis cinq ans sont des preuves d’une eau récente.

De son côté, Michael Meyer, chef du programme d’exploration scientifique de Mars à la NASA estime que  « plus nous étudions Mars et plus nous apprenons sur les endroits où il y a des ressources pour survivre dans le futur ». Car l’intérêt de cette annonce montre que « certains perchlorates peuvent être utilisés comme carburants de fusées », apprend-on dans le communiqué de l'agence. Un communiqué qui n'est peut-être finalement pas aussi sensationnaliste que ça. Bref, l'exploration du futur se prépare au présent...!

 Antoine Meunier

 

 

 

Crédit photos : Credits: NASA/JPL/University of Arizona

Crédit vidéo : JPL

Contacts

http://lachroniquespatiale.overblog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

Animation 3-D du Jet Propulsion Laboratory montrant les possiblement écoulements sur les flancs du cratère Hale

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :