Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thomas Pesquet passera six mois sur l'ISS à partir du 15 novembre 2016 dans le cadre de la mission Proxima

Thomas Pesquet passera six mois sur l'ISS à partir du 15 novembre 2016 dans le cadre de la mission Proxima

L’astronaute Thomas Pesquet a dévoilé jeudi après-midi, au Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche, le nom et le logo de sa mission spatiale prévue pour l’an prochain.

Ce sera donc Proxima. Proposé par Samuel Plagnas, jeune toulousain de 13 ans, ce nom a été sélectionné parmi 1300 réponses. Un nom qui fait bien sur référence à l’étoile Proxima Centauri, l’étoile la plus proche de notre Système solaire qui est tout de même distante de 4,2 années-lumière. Le logo de la mission a bien sur plusieurs significations. Au centre, les trois trainées bleue, blanc et rouge figurent la silhouette de l’ISS, la Terre, la Lune et Mars et bien entendu la nationalité de Thomas Pesquet qui, huit ans après Léopold Eyharts (STS-122), devient le dixième français à s’envoler dans l’espace. Ce que vient rappeler le x de Proxima. Un x qui évoque aussi la thématique de l’inconnu et de l’exploration. Comme le souligne l'astronaute Normand, l’intérêt d’aller dans l’espace « n’est pas de se faire plaisir mais de faire avancer la recherche.»

A bord de l'ISS, Thomas Pesquet devrait prendre part à près de deux cents expériences dont cinquante-cinq mis co-signées par l'ESA et le CNES

A bord de l'ISS, Thomas Pesquet devrait prendre part à près de deux cents expériences dont cinquante-cinq mis co-signées par l'ESA et le CNES

Applications dans la vie courante

Le programme scientifique de l’astronaute est donc bien chargé. Lorsqu’il gagnera sa la Station spatiale internationale (ISS), c’est un planning de travail de 200 expériences, dont 55 concoctées par l’Agence spatiale européenne (ESA) et le CNES, qui attendent l’ancien pilote d’Air France. Parmi elles, Energy. Il s’agit d’une expérience de l’ESA supervisée par le Cadmos. Celle-ci doit permettre « de déterminer les composantes de la dépense énergétique de l’astronaute au cours d’un séjour de longue durée dans l’espace… » il s’agit de prévoir les besoins alimentaires des astronautes pour des missions à long terme comme un vol vers Mars. La manipulation Cassiss, quant à elle, doit étudier la Contamination des Surfaces Innovantes dans l’ISS. Une expérience qui pourrait notamment trouver une application en milieu hospitalier ou dans les lieux confinés pour la lutte contre les éléments pathogènes. A noter également, le programme prévoit l’installation du Projet d’Horloge Atomique par Refroidissement d’Atomes en Orbite (PHARAO). Ce dispositif a entre autres comme objectif de tester la théorie de la relativité d’Albert Einstein. Les aspects culture et jeunesse de cette mission Proxima ne sont pas négligés. Trois expériences seront embarquées dans les bagages de Thomas Pesquet. Ceres sera dédiée à la germination des plantes, CatallISS à la croissance enzymatique et CrISStal à la croissance cristalline. De plus, des expériences seront proposées par des lycéens au cours de la mission pour créer une interaction entre les jeunes et l’astronaute. Un moyen de créer cette proximité avec le public également. Si Thomas Pesquet a encore une année chargée, il se trouve désormais dans la dernière ligne droite. Le départ est prévu le 15 novembre 2016 en compagnie de Peggy Whitson et d'Oleg Novitskiy.

.

Antoine Meunier

 

 

 

 

Crédits photos : A.Meunier/NASA

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

Ó                                           La Chronique Spatiale (2015)

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0