Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entre 2020 et 2023, il est prévu de faire voler 20 exemplaires d'Ariane 6

Entre 2020 et 2023, il est prévu de faire voler 20 exemplaires d'Ariane 6

Créé en 2015, dans la foulée de la conférence ministérielle de l’ESA de décembre 2014, Airbus Safran Launchers boucle sa première année d’activité. Alain Charmeau son PDG a reçu la presse hier jeudi 28 janvier pour faire le point sur cette première année d'activité du joint-venture.

Parmi les faits marquants de 2015, il est à retenir qu'Ariane 5 a réussi six tirs en sept mois. Cette année un objectif de sept lancements doit être concrétisé avec deux lancements simples. Le premier a eu lieu avant-hier (VA 228) avec la mise en orbite du satellite Intelsat 29E. Un nouveau tir simple est par ailleurs planifié pour le 27 mars. Au printemps, une charge utile record d'une masse de 10,7 tonnes devrait également être envoyée sur l’orbite géostationnaire. Mais le point de mire de la firme ASL c'est bien le premier tir d’Ariane 6 qui doit avoir lieu d'ici 2020.

« La fusée avance sur la base des décisions prises en 2014, a ainsi déclaré Alain Charmeau. Sa configuration est figée de manière finale. » Avant 2023, il est prévu de faire voler une vingtaine d’exemplaires d’Ariane 6. Le rythme s’accélère donc puisqu’une revue de définition préliminaire est prévue pour le mois de juin. Les résultats de cette étude, ainsi que les futurs prix de série doivent en être présentés à l’Agence spatiale européenne (ESA). Arianespace doit être à même de faire les premières offres d’ici la fin de l’année avec des réductions de prix de lallant de 40 à 50 % par rapport à ceux d’Ariane 5. Par ailleurs, et c'est une petite révolution, grâce à la standardisation des moyens d’intégration, les deux premiers étages du lanceur sont conçus pour une intégration à l’horizontale comme le lanceur russe Soyouz. Les boosters sont ensuite accolés au corps central. « C’est un lanceur totalement nouveau qui s’appuie sur les technologies de propulsion (cryogénique et solide) dont l’Europe a acquis la maîtrise. Mais il est nouveau dans ses méthodes de conception », indique le dirigeant. Bénéficiant notamment de l’expérience commune de Véga-C (premier tir attendu en 2018), dont elle reprend le propulseur P120-C pour ses propulseurs solides, Ariane 6 sera déclinée en deux versions : Ariane 62 pour les lancements institutionnels et Ariane 64 pour les lancements commerciaux (télévision, Internet, télécommunications notamment).

Antoine Meunier

 

 

Crédits photos et vidéo : ASL

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2016)

Ariane 6 : un lanceur mais deux versions...

Tag(s) : #Corporate

Partager cet article

Repost 0