Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prague et voici une vue de Prague grâce à l'imageur MSI de Sentinel 2A

Prague et voici une vue de Prague grâce à l'imageur MSI de Sentinel 2A

Ce forum LPS 2016 est l’occasion de faire le point sur les missions Sentinel déjà à pied d’œuvre et celles qui, dans les prochains mois, gagneront leur orbite de travail. En fin d’année, c’est Sentinel 5P qui doit s'envoler pour l'espace.

La famille… En fait il nous faut parler de plusieurs familles puisque les Sentinel sont répartis en six catégories. Il y a d’abord Sentinel 1, dont la mission est l’observation radar par tous les temps. Le déploiement a débuté il y a déjà deux ans avec Sentinel 1A en avril 2014. Son jumeau Sentinel 1B a été lancé avec succès depuis Kourou le 25 avril dernier. Pour leur part, les Sentinel 2 ont comme tâche de fournir une cartographie des sols de la Terre de haute résolution depuis une orbite héliosynchrone qui culmine à 786 kilomètres d’altitude. C’est ainsi près de 1,6 tera-bytes de données qui sont extraites chaque jour de l’imageur multi-spectral (MSI) du satellite Sentinel 2A à pied d’œuvre depuis juin 2015. Après dix mois autour de la Terre celui-ci se comporte de manière « nominale ». Quant à Sentinel 2B, son jumeau, il a récemment reçu son imageur multispectral (MSI) et complète ses tests dans les locaux d’Airbus DS en Allemagne. Toutefois, des anomalies ont été détectées durant la campagne finale de tests, notamment sur l’unité de compression vidéo (VCU) qui a été retournée chez son fabricant (Jena Optronik) pour des tests complémentaires. « Un vaisseau spatial récurrent nécessite des tests rigoureux », déclarait François Spoto chef de programme Sentinel 2 à l’ESA lors de sa présentation de mardi. Son lancement est attendu pour une période comprise en mars et mai 2017.

Maquette de Sentinel 3A lancé en février dernier depuis la Russie (Plessetsk)

Maquette de Sentinel 3A lancé en février dernier depuis la Russie (Plessetsk)

Continuité dans les données

Dédiée notamment à l’océanographie, la famille Sentinel 3 a vu son premier exemplaire mis à pied d’œuvre en février dernier. Il s’agit de Sentinel 3A. Celui-ci a été lancé le 16 février 2016 par une fusée Rockot depuis le cosmodrome de Plessetsk. A l’inverse, c’est une fusée Vega qui devra lancer Sentinel 3B depuis la Guyane. Ce tir n’est pas prévu avant la fin de l’année 2017. Il faut notamment procéder à une reconfiguration de l’un des principaux instruments scientifiques (SLSTR).

Le prochain tir dédié au programme Copernicus est normalement Sentinel 5P (P pour Précurseur). D’une masse de 930 kilogrammes, (dont 204 pour la charge utile TROPOMI), Sentinel 5 P est une initiative commune à l’ESA et aux Pays-Bas. Ce satellite devra fournir des données sur la qualité de l’air, les taux d’ozone où encore le climat. Prévu pour un décollage en fin d’année, sa fenêtre de tir doit s’ouvrir entre le 20 octobre et le 20 novembre. Sa mission est planifiée pour une durée minimum de 7 ans, S5P doit assurer la continuité des données qui étaient jusque là dévolues à son grand-frère Envisat. L’aventure de l’imagerie satellitaire est un défi quotidien.

Antoine Meunier

 

 

 

Crédit photos : A.Meunier/ESA-ATG Medialab

Contact

http://lachroniquespatiale.overblog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

©                                 La Chronique Spatiale (2016)

Sentinel 5P doit être le prochain satellite du programme Copernicus à s'envoler

Sentinel 5P doit être le prochain satellite du programme Copernicus à s'envoler

Tag(s) : #Satellites & Constellations

Partager cet article

Repost 0