Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tracté par son Range-Rover, Unity a pu tester ces instruments de navigation...

Tracté par son Range-Rover, Unity a pu tester ces instruments de navigation...

Après le Roll-Out du second exemplaire de son nouveau Space Ship Two il y a presque six mois, Virgin Galactic a franchi une nouvelle étape. La FAA, l’équivalent américain de la Direction Générale à l'Aviation Civile, a délivré une première licence d'exploitation.

Le 19 février dernier, lors d’une cérémonie en grandes pompes sur l’aéroport de Mojave en Californie, la société du milliardaire britannique Richard Branson a présenté Unity (immatriculation : N202VG). Ce nom de baptême a été choisi par l’astrophysicien Stephen Hawking. Quasiment identique avec son prédécesseur (le VSS Enterprise), ce nouvel appareil a été intégralement manufacturé par The Spaceship Company (TSC). Il s’agit de la coentreprise créée par Richard Branson et par Burt Rutan (l’ancien patron de Scaled Composites) en 2005 et prévue pour construire en série le Space Ship Two. Aujourd’hui, TSC est la seule propriété de Virgin Galactic.

Ce 1er août, la FAA a délivré son feu vert à Virgin Galactic pour exploiter commercialement son avion spatial. ? Toutefois, le transport de passagers est dans l’immédiat inenvisageable car le nouvel appareil n'a toujours pas volé. Le lundi 1er août la société a conduit le tout premier « test taxi » avec son avion remorqué par un Range-rover. Il s'agissait ici de calibrer les systèmes de navigation et de télémétrie de l’appareil. Néanmoins selon le site parabolicarc.com, Virgin Galactic envisagerait cependant de faire voler son nouvel exemplaire dans le courant du mois d’août.

Unity lors de son roll-out du 19 février dernier

Unity lors de son roll-out du 19 février dernier

Prudence

Pour ce qui est des vols propulsés, ils ne seraient pas attendus avant l’année prochaine. L’avion n’est donc toujours pas en vol cinq mois et demie après avoir été dévoilé. Vingt-et-un mois après l’accident qui a coûté la vie au pilote d’essais Michael Alsbury et sérieusement blessé son collègue Peter Siebold, Virgin Galactic avance sur la pointe des pieds alors que son conccurrent direct Blue Origin n'a engrangé que des succès depuis avril 2015. Mais il faut rappeler que le Spaceship two n’est pas une machine conventionnelle, c’est un avion-fusée  prévu pour transporter six passagers et deux pilotes pour un vol à plus de cent kilomètres d’altitude. C’est-à-dire au-delà de la Ligne de Karman qui marque la frontière entre le domaine aérien et l’espace. Les futurs voyageurs de cette ligne aérospatiale doivent expérimenter les mêmes sensations que les astronautes pendant quelques minutes (apesanteur, découverte du noir de l’espace, vue de la courbure terrestre). Ils doivent notamment vivre une accélération de 3 à 4 G lors de la phase de montée. Pour un vol de 90 minutes à la lisière de l'espace, le billet coûte tout de même la coquette somme de 250 000 dollars. A ce jour, seulement quatre vols propulsés d’essais ont été réalisés avec le précédent avion (en comptant celui de l’accident du 31 octobre 2014). Avant d'embarquer les premiers passagers, le programme de vols qui attend le second Spaceship Two risque donc d'être fort chargé.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos : Virgin Galactic

Crédit vidéo : Virgin Galactic

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2016)

 

A revoir, la vidéo du 3ème vol propulsé du premier Spaceship Two. C'était le 10 janvier 2014

Tag(s) : #Tourisme spatial

Partager cet article

Repost 0