Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme le montre l'illustration, le second étage du Proton Breeze M a été retiré pour donner naissance aux deux nouvelles déclinaisons

Comme le montre l'illustration, le second étage du Proton Breeze M a été retiré pour donner naissance aux deux nouvelles déclinaisons

Dans le cadre de la Business Satellite Week organisée par Euroconsult, les responsables d’ILS ont reçu les représentants de la presse spécialisée à l’abri des regards indiscrets. Pour annoncer l’arrivée de deux nouvelles solutions de lancement.

La carrière de la fusée créée par Vladimir Tchélomeï, initiée en 1965, ne semble donc pas près de s’arrêter. C’est dans une suite à l’ambiance feutrée de l’hôtel parisien Westin que les responsables d’International Launch Services (ILS) l’ont annoncé : le lanceur Proton comptera ainsi deux nouvelles versions d’ici deux ans. Elles s’appuieront toutes les deux sur le Proton Breeze M auquel on a notamment retiré le second étage. « Aucun changement n’a été apporté pour les moteurs. La fusée Proton possède déjà tous les composants nécessaires » souligne Kyrk Pysher, CEO d’ILS. L’étage supérieur Breeze M reste inchangé. La première de ces deux nouvelles variantes, la Proton Medium, sera disponible d’ici 2018. La seconde, le Proton Light, est attendue pour une mise à disposition en 2019. Les deux fusées ont un diamètre commun de 4 mètres sous coiffe. Proton Medium comptera six moteurs sur son premier étage quand sa variante Light n’en comportera que quatre. 

A gauche, le Proton Medium. Au centre, le Proton Breeze M, à droite le Proton Light

A gauche, le Proton Medium. Au centre, le Proton Breeze M, à droite le Proton Light

Diversité

En termes de performances avec ces deux systèmes de lancements, ILS souhaite ainsi répondre à la demande sur le marché des « clients géostationnaires ». « Nous ne sommes pas intéressés pour aller sur Mars, nous sommes intéressés par lancer des satellites », sourit Kyrk Pysher. Ce dernier n’a bien évidemment pas oublié qui a lancé la sonde Exomars vers la planète rouge.

En termes d’emport, la capacité de Proton Medium est de 2,4 t en orbite géosynchrone et de 5 tonnes en orbite géostationnaire (GTO). Pour le Proton Light,  elle atteint 1,45 t en GSO et 3,6 t en GTO (delta v de 1500/s). A titre de comparaison, Proton Breeze-M peut placer jusqu’à 6,3,t tonnes en GTO pour un delta v similaire. Selon les responsables de Krunichev et ILS, la création des deux nouvelles versions répond à une exigence client. « Nos clients nous ont fait savoir qu’ils entendent continuer à bénéficier du patrimoine du Proton mais qu’ils recherchent également de la flexibilité ». Savoir satisfaire sa clientèle, notamment en réduisant les coûts, nécessite également de montrer sa diversité. ILS comme les autres fournisseurs d’accès à l’espace applique les mêmes solutions que les autres. A terme, il est prévu que ces deux nouvelles fusées restent en service pendant quinze ans.

Antoine Meunier

 

Crédit photos : ILS/A.Meunier

Crédit vidéo :

Contact

http://lachroniquespatiale.overblog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

(Dernière mise à jour : 13/09/16 23h56)

 

 

 

©                                 La Chronique Spatiale (2016)

 

Partager cet article

Repost 0