Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur le cliché de gauche pris par la sonde Rosetta, c'est dans la faille en haut à droite que se trouve enchâssé Philae

Sur le cliché de gauche pris par la sonde Rosetta, c'est dans la faille en haut à droite que se trouve enchâssé Philae

Alors que la mission d’observation de la sonde Rosetta se terminera le 30 septembre, le petit atterrisseur a été retrouvé « à l’endroit attendu » sur la comète Tchouri.

Il aura donc fallu attendre pratiquement le dernier moment mais il est donc bien là on le soupçonnait d’être. Souvenez-vous. C’était il y a presque deux ans maintenant, Philae, ce curieux insecte métallique à trois pattes, se posait sur la comète 67/P Tchourioumov Gérasimenko. Trois jours durant, c’est-à-dire la durée légale de fonctionnement de ses batteries, et via le relais de Rosetta qui orbite encore autour de Tchouri, il a abreuvé le centre de contrôle de l'ESOC à Darmstadt en Allemagne en données scientifiques. Par la suite, il ne redonne de ses nouvelles qu’en juin et juillet 2015 peu de temps avant le Salon International de l’Air et de l’Espace (SIAE). Et encore, elles sont sporadiques. Pour le retrouver, les scientifiques se sont basés sur plusieurs points dont la découverte d’une tache lumineuse à la surface de Tchouri par le Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) ou encore les calculs des instruments CONSERT et ROMAP embarqués sur le robot. Ainsi, une zone de localisation a pu être délimitée il y a un an. C’est en mars dernier que la campagne de recherches organisée par l’ESA a débuté. En mai, toujours au même endroit, le groupe de travail du CNES a relevé « la présence troublante d’un petit objet de forme géométrique ».

Sur le cliché pris par la caméra OSIRIS de Rosetta (avec une résolution de 5 cm/pixel), deux des béquilles de Philae sont visibles

Sur le cliché pris par la caméra OSIRIS de Rosetta (avec une résolution de 5 cm/pixel), deux des béquilles de Philae sont visibles

Deux vaisseaux en surface

Il fallait cependant avoir une « preuve irréfutable » Les toutes dernières images sont reçues le 2 septembre et reçues à 21h59 par Rosetta depuis une altitude de 2,7 kilomètres d’altitude révèlent que Philae semble posé sur seulement deux de ses pieds d’atterrissage. Ce qui explique notamment pourquoi les communications ont été rendues difficiles après son atterrissage le 12 novembre 2014.

« A seulement un mois du terme de la mission de Rosetta, nous sommes très heureux d’avoir pu photographié Philae et de le voir autant en détails », s’enthousiasme Cécilia Tubiana de l’équipe de la caméra OSIRIS et première personne avoir vu les images de la liaison descendante. Ce dont se réjouit également Jean-Yves Le Gall le président du Cnes : « c’est pour le Cnes et les scientifiques français une véritable fierté, puisque c’est l’endroit exact que nos scientifiques et ingénieurs avaient prédit… »

Et on peut le comprendre car la dernière fois que Philae a été aperçu, ce fut lors de son rebond sur le site d’Agylkia. Il s’immobilisa finalement après deux sauts pour terminer sa folle équipée dans la faille nommée Abydos. Là où il repose désormais, vraisemblablement pour très longtemps.

Cependant, il ne sera toutefois bientôt plus seul. Le 30 septembre prochain. Après une mission d’observation de deux ans, la sonde Rosetta verra son orbite progressivement abaissée pour être descendue à la surface de Tchouri en direction de la région Ma’at sur le plus petit des deux lobs de la comète. Objectif : découvrir les secrets de la structure interne de l'astre. Si tout se passe comme prévu, à la fin du mois, il y aura donc deux vaisseaux en surface de la comète. La mission Rosetta n’a donc pas encore fini de nous livrer ses secrets.

Antoine Meunier

 

 

 

Crédit photos : ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Crédit vidéo : CNES

Contact

http://lachroniquespatiale.overblog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

(Dernière mise à jour : 6/09/16. 9h44)

 

 

 

©                                  La Chronique Spatiale (2016)

Sur cette vidéo du CNES, Philippe Gaudon l'ancien chef de projet Rosetta/Philae explique comment il a été possible de repérer le lander

Tag(s) : #Exploration

Partager cet article

Repost 0