Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thomas Pesquet et Shane Kimbrough pendant un cycle nocturne au cours de leur EVA.

Thomas Pesquet et Shane Kimbrough pendant un cycle nocturne au cours de leur EVA.

A bord de la Station spatiale internationale depuis presque deux mois, l’astronaute français a réalisé vendredi 13 janvier une sortie dans l’espace ou activité extravéhiculaire (EVA) de presque six heures qui a débuté avec 40 minutes d’avance sur le planning (à 12h22 heure de Paris). Objectif de cette délicate mission : procéder à la mise à jour des batteries électriques du complexe orbital.

Réaliser une sortie dans l’espace est une opération qui nécessite un entraînement long et rigoureux. Parmi les phases de préparation aux EVA, il y a celles que les astronautes vont répéter dans la grande piscine du centre d’entraînement de Houston. Ce grand bassin de douze mètres de profondeur simule en grandeur nature le gigantisme de la Station spatiale internationale avec des répliques des différents modules. Tous les astronautes et cosmonautes rêvent de pouvoir accomplir une sortie au cours de leur carrière mais tous n’ont pu décrocher cette timbale. Comme le faisait d'ailleurs remarquer l’astronaute Philippe Perrin lors du direct retransmis par le CNES, sur les quelques 550 personnes qui ont eu la chance d’effectuer une mission spatiale, seulement deux cents ont réalisé une EVA. Dans ce club, finalement assez restreint, on remarque quand même les noms de trois Français. Il y a Jean-Loup Chrétien. Le Breton réalise une marche de 5h57 lors de sa mission Aragatz de 1988 à bord de la station Mir. Pour sa part, Jean-Pierre Haigneré en 1999, toujours sur Mir, effectue également une marche dans l'espace lors de la mission Perseus. En 2002, Philippe Perrin était le troisième français à prendre part à des activités en scaphandre au cours de sa mission STS-111. Durant ce vol, il effectue trois EVA pour une durée totale de 19h31 mn en compagnie de Franklin Chang-Diaz.

Une vue à couper le souffle ! On aperçoit Shane Kimbrough à proximité du Soyouz

Une vue à couper le souffle ! On aperçoit Shane Kimbrough à proximité du Soyouz

90 minutes d’avance et six tâches de plus !

Pour sa part, Thomas Pesquet s’est donc longuement préparé à cette sortie dans le cadre de sa mission Proxima. Au cours de ces quatre dernières années, il a ainsi réalisé près de vingt-cinq entraînements en piscine. Des exercices qui sont notés avec une appréciation technique. Mais comme l’intéressé le confiait avec humour dans une interview accordé à Espace & Exploration « j’ai eu une bonne note ! ». Plus sérieusement, cette nouvelle sortie qui fait suite à celle réalisée par Peggy Whitson et Shane Kimbrough a pour objectif le remplacement de batteries électriques. Il s’agissait de remplacer les anciennes (basées sur une technologie nickel-hydrogène) par des plus performantes (lithium-ion). Elles devraient pouvoir fonctionner au moins jusqu'en 2024. Thomas Pesquet et Shane Kimbrough auront exactement passé 5 heures et 58 minutes dans le vide spatial pour installer trois de ces dispositifs de la taille d’un frigo capable de fournir trois plus d’énergie que les précédentes. Les deux hommes avaient même plus d’une heure et demie d'avance sur le plan de travail, qu’il a été décidé de leur rajouter quelques tâches supplémentaires. Il s’agissait notamment d’installer une caméra et des couvertures thermiques sur le Node 2 du complexe orbital. Il a fallu également photographier le matériel.

Au cours de sa sortie, Thomas a réalisé cette incroyable photo. En dessous de ses pieds, plus de 400 km de vide !

Au cours de sa sortie, Thomas a réalisé cette incroyable photo. En dessous de ses pieds, plus de 400 km de vide !

51 jours dans le vide spatial

A l'issue de leur activité extravéhiculaire, les deux astronautes ont regagné l’intérieur de leur abri orbital. Il s’agissait de la 197ème EVA liée à la Station spatiale internationale. Depuis 1998, cela représente un total de 51 jours six heures et quatre minutes passés à travailler à l’extérieur de l’avant-poste orbital. Pour Shane Kimbrough, c’était en revanche la seconde en une semaine et la quatrième de sa carrière. Pour Thomas Pesquet, c'était une première mais son collègue Philippe Perrin voit "une grande maîtrise dans ses gestes". Une fois à bord, Peggy Whitson s’est employée à la difficile tâche d’aider les deux « spacewalkers » à se débarrasser de leur scaphandre qui sur Terre pèse la bagatelle de 140 kilogrammes. Au cours des six heures de son EVA, Thomas Pesquet aura accompli quatre tours de Terre soit un total de 160 000 kilomètres hors de la Station spatiale internationale.

Antoine Meunier

 

 

 

Crédit photos : NASA/ESA-NASA

Crédit vidéo : NASA TV

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

(Dernière mise à jour : samedi 14 janvier, 15h45)

 

 

 

 

©                                                     La Chronique Spatiale (2017)

Et forcément, des images extraordinaires, l'intégralité de la sortie de Thomas Pesquet et de Shane Kimbrough

Tag(s) : #Vols habités-Exploration

Partager cet article

Repost 0