Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Falcon 9 doit effectuer son premier tir depuis le 1er septembre dernier dimanche prochain (sur la photo le lancement réalisé en décembre 2015)

Le Falcon 9 doit effectuer son premier tir depuis le 1er septembre dernier dimanche prochain (sur la photo le lancement réalisé en décembre 2015)

Quatre mois après la perte d'un exemplaire du lanceur Falcon 9 et de sa charge utile, le satellite AMOS 6, Space X annonce un retour en vol pour le 8 janvier prochain. Par ailleurs, la firme d’Elon Musk livre également ses premières conclusions après une enquête qui aura duré seize semaines.

C'était le 1er septembre dernier. Alors que l'on procédait à un test des moteurs Merlin du premier étage de la fusée Falcon 9, celle-ci s'est brusquement embrasée. L’explosion fut si violente qu’elle a soufflé la tour de lancement du SLC 40 au Kennedy Space Center (KSC). Fort heureusement, cette déflagration très spectaculaire n’a fait aucune victime, l’aire de lancements avait été au préalable évacué. Mais que s’est-il passé ? Une équipe composée de spécialistes de la NASA, de la FAA (l’équivalent américain de la DGAC) et du NTSB (le bureau américain pour la sécurité aérienne) vient de rendre ses premières conclusions. Selon le communiqué disponible sur le site de Space X, l’équipe constituée a épluché près de « 3000 extraits de vidéos et de données télémétriques ». Ceux-ci ne représentent en fait qu’un temps très bref : « seulement 93 millisecondes entre le premier signe d’anomalie et la perte du second étage, suivi par la perte du véhicule ». Par ailleurs, l’accident ayant eu lieu au sol, les enquêteurs ont pu se pencher sur les débris retrouvés sur l’aire de lancements et utiliser les vidéos prises au sol.

Mise sous coiffe des satellites Iridium Next le 29 décembre

Mise sous coiffe des satellites Iridium Next le 29 décembre

Accumulation

Selon les données récoltées, il semble donc que l’accident du 1er septembre ait été provoqué par la rupture de l’un des réservoirs d’héliums utilisés pour pressuriser l’oxygène liquide qui est sur-refroidi à -207°C pour augmenter les performances du lanceur. Ainsi refroidi, il est possible de stocker plus d'ergols. Ces réservoirs, appelés COPVs (Composite overwrappred pressure vessels) sont composés d’une doublure en aluminium et d’une enveloppe en aluminium). Au cours de leurs investigations, les enquêteurs ont pu déterminer plusieurs causes probables qui ont amené à la défaillance du COPV. Les débris récupérés sur le site ont laissé apparaître des déformations dans lesquelles auraient pu s’accumuler de d'oxygène liquide (ou solide) refroidi dans l’une ou l’autre. Un effet de friction a ainsi pu entraîné l'explosion. Space X devrait donc procéder à un changement dans le design des COPVs pour éviter que de l’oxygène liquide ne se retrouve ainsi piégé.

Le lancement, désormais fixé au 14 janvier* prochain, verra donc le retour en vol pour la fusée Falcon 9 (Full Thrust). Cette mission, qui doit décoller de la base de Vandenberg en Californie, emporte les dix satellites de la constellation Iridium Next. La masse totale de la charge utile est de 9,6 tonnes. Les satellites réalisés sous maîtrise d’œuvre par Thales Alenia Space (Leonardo depuis le 1er janvier), doivent être placés sur une orbite de 780 kilomètres d’altitude inclinée à 86,4 degrés. L’heure de tir prévu dimanche est fixée à 10h28 07s heure californienne.

Antoine Meunier

 

 

Crédit photos :  Space X/Iridium communications

Contact

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

*Mise à jour du 8/01/17 : Suite à plusieurs problèmes dont des vents d'altitude et des pluies violentes, le tir a été repoussé au 14 janvier à 9h54 heure locale.

 

 

 

 

 

 

©                                                   La Chronique Spatiale (2017)

 

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0