Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Curio.jpgArrivé sur Mars lundi 6 août, Curiosity va démarrer une mission de deux ans. Sur la gauche de la photo, l'un des six roues est nettement visible

 

 

Huit mois après son départ de la Terre, la sonde Curiosity s’est correctement posée lundi matin sur Mars dans le cratère Gale à 7h31 heure française.

Pari périlleux mais pari gagné. Pour la première fois dans l’histoire de la conquête de l’Espace, un engin spatial a atterri sur une planète en se posant à l’aide d’une grue. Résultat d’une décennie de travail, les scientifiques disposent à présent d’un bijou de technologie de 2,5 milliards de dollars dont la mission d’une durée minimum de deux ans va pouvoir débuter. Objectif : inspecter, analyser et décortiquer les roches supposées « primordiales » dans le cratère Gale et tenter d’identifier de potentielles traces de vies. Il s’agit non pas de « preuves » de vie mais de molécules de carbone organique. Dans cette optique, Curiosity dispose de quatre-vingts kilogrammes de charge utile répartis sur une dizaine d’instruments scientifiques. Cette astromobile de presque une tonne a comme première cible une montagne d’environ cinq mille mètres de haut présentant plusieurs strates sédimentaires, le Mont Sharp situé au milieu du cratère Gale. Durée prévue de la mission : deux ans. Cependant, le rover, dont la taille surpasse celle des anciens MER*, est armé d’une pile nucléaire d’Uranium 238, qui peut lui permettre de tenir près de quinze ans à la surface de Mars afin de s'alimenter en énergie.

MSL LandingPour la première fois, une sonde a atterri sur une planète avec un système de grue

Et après ?

A peine arrivé, Curiosity a déja renvoyé ses premières photos vers la Terre. Durant deux ans, il va parcourir Les Sables de Mars, pour commencer ceux du cratère Gale, ce qui n'est déjà pas si mal. D'ici une an, il se lancera à l'assaut du Mont Shar pour explorer ses roches censées avoir un milliard d'annés. Mais le graal des scientifiques serait évidemment de pouvoir disposer d'une mission de retour d'échantillons. Cependant, l’horizon économique immédiat pour un tel projet ne semble pas vraiment dégagé. Le rover MSL-Curiosity est, à court terme, la dernière grande mission automatisée prévue pour explorer la Quatrième planète au cours des prochaines années. Mais forcément on se pose la question : après un atterrissage automatique aussi réussi,(et aussi acrobatique), quelle pourrait être l’étape suivante ? Si aujourd’hui les scientifiques rêvent d’une collecte d’échantillons rocheux provenant de Mars, une telle mission coûterait au bas mot, quatre fois plus que Curiosity. Mais dans le contexte de crise économique actuel, les budgets sont aujourd’hui contraints. Il s'agit donc d'une entreprise encore plus ambitieuse et forcément plus complexe mais nous n’en sommes pas encore là. Toutefois, en réussissant son atterrissage sur Mars, Curiosity offre déjà à la NASA un premier succès. Il faut commencer par transformer cet essai. Ce nouveau chapitre de l'exploration martienne s'annonce comme passionnant…

Antoine Meunier

 

Sources : NASA

Photos : NASA/JPL-Caltech

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 *Spirit et Opportunity

 

©                                                        La Chronique Spatiale (2012)

Tag(s) : #Exploration

Partager cet article

Repost 0