Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sts132.jpg

Garder deux navettes en service, ici Atlantis lors de STS-132, telle est l'une des pistes explorées par "USA"

Selon le site msnbc.com, le consortium United Space Alliance (USA) plancherait sur une étude permettant de garder les navettes en service entre 2013 et 2017.

 L’idée est simple : avoir deux navettes disponibles pour deux missions annuelles sur la période 2013-2017. Coût estimé de l’opération 1,5 milliard de dollars par an. C’est ce que propose le duo formé par Boeing et Lockheed (USA). Après la catastrophe de Columbia en 2003, l’administration Bush ordonne l’arrêt des vols de navette à l’issue de la construction de l’ISS, en 2010. Le programme Constellation de retour sur la Lune devait suivre. Mais le président Obama décide son annulation après le rapport remis par la Commission Augustine. Difficultés techniques du lanceur Ares I, retard dans la mise au point d’Orion ou encore le coût, figurent parmi les raisons avancées pour justifier cette annulation. Dès 2006, il est décidé de déléguer au secteur privé le transport des astronautes. C’est dans ce cadre que rentre l’initiative COTS* (Commercial Orbital Transport System). La firme Space X travaille déjà sur le développement de la capsule Dragon qui, à terme, pourrait emmener sept personnes dans l’espace d’ici 2015 ou 2016. skylab4_orbit.gif

Sept ans séparent la fin de Skylab...

Deuxième gap

Après l’ultime mission de la navette, les USA sont contraints de faire du « Soyouz-stop ». Une position qui ne plaît pas aux défenseurs américains du spatial (républicains comme démocrates). Ainsi, outre les initiatives COTS et CCdev (cf.encadré), différents acteurs y sont allés de leur proposition pour maintenir à poste la navette. Objectif : réduire l’intervalle entre l’arrêt de la navette et l’arrivée de son successeur. Au moins jusqu’au milieu de la décennie, il n’y aura en effet plus de véhicule habité américain dans l’espace. Il y a un précédent et curieusement, personne ne l’évoque. Entre la fin de Skylab en 1974, et si l'on excepte le vol Apollo-Soyouz, sept ans se sont écoulés entre le dernier vol Skylab et l'arrivée de la navette, lancée avec deux ans de retard. Ce qui n'a rien de surprenant car tout programme d'envergure connaît forcément des retards à un moment ou un autre. Mais autre temps et autre contexte, direz-vous ? A bien y regarder, pas temps que cela. En 1973, les Etats-Unis sont empêtrés dans un conflit et une crise économique, du au choc pétrolier, secoue l’Occident. L'après Apollo/Skylab, c'était la navette, validée par Nixon. Une perspective à long terme (qu'on le veuille ou non). L'après navette (qui a fini par accomplir sa vraie mission en fin de carrière), c'était Constellation, une autre perspective qui replaçait la NASA sur le long terme.

STS1.jpg

...du tout premier vol de la navette, le 12 avril 1981

Un autre grand chantier

Malheureusement, Constellation a été annulée par décision présidentielle, pas uniquement à cause des problèmes évoqués plus haut. Il faut dire que la crise des Subprimes est passée par là et l’économie a essuyé une sérieuse tempête. Le chômage, habituellement entre 3 et 5 %, se situait à 9,9 % aux USA, en avril 2010 (source :http://www.bls.gov/news.release/empsit.nr0.htm). De plus, la couverture santé, voulue par le président Barack Obama, est le gros chantier de son administration avec un coût estimé à 940 milliards de dollars sur dix ans. Alors on fait des économies. Mais on ne supprime pas ce qui est « trop cher », mais ce qui est le plus « visible », le plus emblématique. Soyons honnêtes, en pleine crise, la préoccupation des américains n'est pas de savoir si la navette continuera de fonctionner deux ou trois ans supplémentaires avant l’arrivée du nouveau véhicule habité américain. Les réalités sont donc plus terre-à-terre et nécessitent des réponses immédiates. Alors que Constellation obéissait à une logique de long terme. Ce qui n’est désormais plus le cas. En ce sens, la proposition d’United Space Alliance ne doit être considérée que comme une piste supplémentaire de travail parmi les autres mais qui apparaît difficilement crédible. En 1974, la NASA connaissait l’avenir de son programme de vols habités et le successeur du vaisseau Apollo. Aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de propositions pour trouver un héritier à la navette et paradoxalement, jamais autant d’incertitudes. On peut donc légitimement se demander si le« NASA Authorization Act 2010 », qui confirme l’arrêt de Constellation, n’a pas été signé un peu trop à la hâte…

Antoine Meunier

 

Transition et remplacement

Déléguer le transport des astronautes au privé a été décidé bien avant l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche. Le retard pris par le programme Orion incite la NASA à lancer en 2006 le programme COTS. Commercial Orbital Transportation Services (COTS) a comme objectif de confier au secteur privé la réalisation de systèmes de transport de fret et éventuellement de passagers vers l’ISS. Plusieurs acteurs se lancent dans la course dont Space X avec la capsule Dragon ainsi qu’Orbital Sciences et le vaisseau Cygnus. Commercial Crew Development (CCDev), ou Développement commercial pour équipage, ne prend en charge que la partie « équipage ». C’est dans cette optique que s’inscrivent les propositions faites par Sierra Nevada Corporation avec le DreamChaser ou encore Orbital Sciences avec son avion spatial Prométhée. La proposition de faire revoler les navettes sur la période 2013-2017 s’inscrit dans la phase deux de ce programme.

 

 

 

ATK.gif

Comparaison des tailles : le lanceur Liberty atteindrait plus de 91 mètres

 

Edit : 9/02/11: Citons aussi le partenariat entre ATK (le fabricant des boosters de la navette) et Astrium pour la création de la fusée Liberty. ATK fournirait le premier étage basé sur le booster de la navette. Pour sa part, Astrium concevrait le segment supérieur basé sur Ariane 5. Rappelant le lanceur Ares I dans sa silhouette, la NASA étudie actuellement ce projet américano-européen. Selon ATK, ce lanceur pourrait emmener une charge de 22 tonnes vers l'ISS dès 2013.

 

Photos : NASA/ATK

 

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0