Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

ATV3.jpg

Le module de service de l'ATV devrait servir à propulser le futur MPCV (ici l'ATV3 en approche de l'ISS)

Jean-jacques Dordain, Directeur Général de l’ESA, rencontrait la presse spécialisée aéronautique et spatiale* jeudi 29 novembre. L’occasion pour le patron de l’agence spatiale européenne de commenter les décisions prises lors de la conférence ministérielle de Naples. Des choix qui concernent notamment le futur d’Ariane 5 et celui des vols habités.

L’objectif est donc atteint. En cette période de crise économique, l’espace se présente comme un secteur soutenu puisque l’Europe y investit. Un budget de plus de 10 milliards d’Euros a été ainsi retenu  (10,119 milliards) qui sera attribué à l'ensemble des programmes gérés par l'Agence spatiale européenne (ESA). « Ce qui représente trois années de programmes pour l’ESA », indique Jean-Jacques Dordain. La pièce de résistance de cette conférence ministérielle est le développement d’Ariane 6 qui a été validé mais devra d’abord passer par la transition d’une Ariane 5 ME (Mild Life Evolution). Un projet qui est soutenu par l’Allemagne. L’arrivée sur le marché d’acteurs privés, comme Space X, justifiait la mise en chantier d’un nouveau lanceur. A terme, Ariane 6 se veut  plus fiable que l’actuelle Ariane 5 et doit permettre de lancer des charges de six à huit tonnes en orbite géostationnaire. Le premier lancement interviendrait en 2021.

 

A205

Le passage à Ariane 6 se fera d'abord avec Ariane 5ME (ici tir de l'ATV3 début 2012)

Le Royaume-Uni dans l’ISS

Côté exploration, la mission Exomars projetée en 2016 se fera en collaboration avec la Russie. En second lieu, la participation de l’Europe dans la Station spatiale internationale (ISS) est désormais actée jusqu’en 2020. Mais se posait la problématique de la contribution européenne à la station suite à l’arrêt de production de l’ATV. Après le vaisseau cargo européen, dont le dernier exemplaire volera en 2014, son module de service devrait être utilisé pour propulser le futur vaisseau MPCV-Orion dont le premier exemplaire devrait voler vers 2020 avec quatre astronautes autour de la Lune. Le futur vaisseau s’annonce donc comme une capsule internationale. Après le transport de fret, l’Europe participe donc pour la première fois à un vaisseau spatial destiné aux équipages. On devine que les négociations n'ont pas du être simples mais les partenaires européens de l’ISS sont parvenus à un consensus pour fournir une nouvelle contribution à l'ISS. On notera d'ailleurs une petite révolution car pour la première fois le Royaume-Uni participe maintenant à la station. Ce qui constitue pour Jean-Jacques Dordain "un évènement historique". La coopération n'est en effet pas quelque chose d'aisé. Cependant, malgré les divergences connues des partenaires, notamment en matière de vol habité, il est réconfortant de voir que, quatorze ans après le lancement des deux premiers modules du plus grand complexe orbital jamais assemblé dans l'espace, le partenariat de l’ISS se renforce avec un nouveau membre. Et comme l'a souligné Jean-Jacques Dordain, "On ne peut pas réussir sans coopérer".

Antoine Meunier

 

Crédits photos : NASA/ESA-S.Corvaja

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

* Rencontre organisée par l'AJPAE : Association des journalistes  professionnnels de l'Air et de l'Espace.

  (Dernière mise à jour: dimanche 02/12/2012)

 

©                                                        La Chronique Spatiale (2012)

Tag(s) : #Corporate

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :