Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

P1020406.JPG

Le module de service de la capsule Orion MPCV s'inspire de celui de l'ATV. Le premier test inhabité doit avoir lieu fin 2014 (EFT1)

Le Salon du Bourget, c’est l’occasion pour l’Agence Spatiale européenne (ESA) et son directeur général Jean-Jacques Dordain de faire le tour d’horizon des prochaines missions à venir. Un petit résumé s’impose.

La dernière mission en date de l’ESA a été l’amarrage de l’ATV Albert Einstein à l’ISS, pas plus tard que samedi dernier. C’est le quatrième exemplaire du vaisseau ravitailleur européen qui s’amarre à la station spatiale internationale (ISS). Le cinquième, le Georges Lemaitre est programmé pour un lancement l’an prochain. Mais il y aura une vie après l’ATV, est-il besoin de le rappeler ? Les capacités industrielles du ravitailleur européen seront utilisées pour créer le module de service du vaisseau Orion MPCV sur la base de l’ATV. Ce qui permettra de fournir la contribution européenne à l'ISS. Une station qui, on ne le dira peut être pas suffisamment, reste un laboratoire de recherche en microgravité. C’est ainsi que tout récemment, une étude préliminaire sur un alliage aluminium-titane a pu être menée pour obtenir des aubes de turbines. Il s’agit de permettre de faire des avancées afin de préparer de futures productions en série.

En 2014, les prochains astronautes européens à rallier le complexe orbital seront l’Allemand Alexander Gerst et l’Italienne Samantha Cristoforetti. En 2015, ce sera au tour de l’Anglais Tim Peake de prendre place à bord du vaisseau Soyouz. Le Français Thomas Pesquet et Andreas Mogensen devraient voler au plus tard d’ici 2017 mais leur ordre de passage n’est pas encore connu.Alphasat2.jpg

 

D'une masse de sept tonnes, le satellite de télécommunications Alphasat doit être lancé fin juillet

Alphasat: service aux citoyens

Au chapitre exploration, citons également la signature du contrat portant sur Exomars pour la mission de 2016 qui s’est déroulé hier. Précisons que la NASA sera présente sur la mission pour tout l’aspect telecom de la mission. Côté science, ce sera la mission Gaïa qui fait suite à Hipparcos et permettra de répertorier jusqu’à un milliard d’objets. L’espace, c’est aussi le service aux citoyens avec notamment la constellation Galileo qui compte déjà quatre satellites. En matière de télécommunications, ce sera prochainement, le satellite Alphasat qui doit décoller de Kourou dès la fin juillet. Construit sous maîtrise d’œuvre Astrium, ce satellite de sept tonnes est le premier à utiliser la plateforme Alphabus développée par Astrium et Thales Alenia Space. Un programme conjoint développé par l’ESA et le CNES.

L’avenir, outre Ariane 5 ME, c’est aussi la mise en chantier du lanceur Ariane 6 décidé lors de la ministérielle de Naples. Si la configuration actuellement présentée n’est pas encore totalement décidée, celle-ci devrait l’être d’ici la fin du mois de juin (au plus tard le 14 juillet).

Mais dans une période marquée par la crise ou l'espace se veut utile, y'a-t'il encore une place pour l'exploration ?

Antoine Meunier

 

Crédit photos : Antoine Meunier

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

©                                                         La Chronique Spatiale (2013)

Tag(s) : #SIAE

Partager cet article

Repost 0