Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nasa_space_elev.jpg

Les premières bases scientifiques de l'Ascenseur Spatial ont été posées par Youri Artsutanov en 1960 

 

Etudié au sein du très sérieux International Space Elevator Consortium (ISEC), l’Ascenseur Spatial  pourrait un jour devenir une alternative  possible aux lancements de fusées. Plongée au coeur d'une bouffée d'utopie et de rêve après l'actualité plutôt sinistre des derniers jours.

Les ingénieurs rêvent de ce moyen qui offrirait au plus grand nombre l'accès à l'espace pour un coup relativement réduit. Pourtant, ne riez pas, l’Ascenseur Spatial a été scientifiquement théorisé pour la première fois par le savant russe Youri Artsutanov en 1960 dans un article publié dans l'édition du 31 juillet de Komsomoslkaya Pravda. Ce dernier émit le postulat que, puisque les tirs de fusées sont si onéreux, pourquoi ne pas  utiliser un autre moyen d’accès à l’espace ? Son idée première est de placer un satellite géostationnaire relié par un câble qui descendrait jusqu’à l’Equateur terrestre. Pour d’évidentes raisons de contrepoids, le câble devrait s’étirer bien au-delà des 36 000 kilomètres d'altitude de l'orbite géostationnaire. Des cabines pourraient ensuite être installées pour acheminer passagers et fret. Curieusement, l'idée reste confidentielle jusqu'à ce que plusieurs chercheurs s'y intéressent côté Ouest au milieu des années soixante. Mais c'est l'écrivain Arthur C. Clarke qui va s’en emparer pour en devenir le plus ardent avocat au cours des trois dernières décennies de son existence, avec il est  vrai un optimisme un peu forcené. Mais après tout, l’Ascenseur spatial ne constituerait-il pas l’alternative aux lancements de fusées polluants et bruyants qu’il faudrait reléguer dans l’espace, leur véritable place ? D'autant qu'il utilise une énergie non polluante et disponible à volonté : l'énergie solaire. Des panneaux pourraient tout à fait être installés à différents points du dispositif.

STS1

 

Plus besoin de lanceur pour accéder à l'espace avec l'Ascenseur Spatial...

Un premier essai prometteur

Au fil des ans, ce projet, il est vrai un peu fou, continue de faire de faire l’objet de plusieurs travaux de recherches parmi les ingénieurs de la NASA et de plusieurs instituts. Cependant, c’est dans la science-fiction que l’Ascenseur Spatial a trouvé ses premières applications. Presque simultanément, Arthur C.Clarke et Charles Sheffield ont été les premiers à publier un roman sur ce sujet : Les Fontaines du Paradis pour le premier et La Toile entre les Mondes, tous les deux sortis  en 1979. La postérité retient toutefois le livre de l’auteur de 2001 l’Odyssée de l’Espace.

Un tel ouvrage d'art fait rêver et on se pose la question ; quel matériau utiliser pour sa conception ? En 1996, le professeur Richard Smalley de la Rice University de Houston – et accessoirement Prix Nobel de Chimie –  indique que le Carbone 60  (les nanotubes de carbone) pourrait rendre possible la construction de l’Ascenseur Spatial. Sa force de torsion est en effet très nettement supérieure à celle du diamant. Un problème de taille subsiste quand même. Les seules quantités de C60 ne sont disponibles qu’en laboratoire et en infimes quantités. D'autres difficultés sont également  à résoudre : la possibilité d'une collision avec un satellite ou un débris traînant dans l'espace. Ce qui n'est pas une mince affaire compte tenu du nombre d'objets envoyés en orbite depuis le début de la conquête spatiale.  Autrefois,  thème de science-fiction, le "Space Elevator" est désormais un réel et passionnant sujet  d'étude. Une équipe japonaise a d'ailleurs récemment réussi un essai prometteur rapporte même le site lepoint.fr*. Une cabine s’est en effet élevée jusqu’à vingt-huit petits mètres… ! Ce n’est pas encore l’orbite géostationnaire ni même l’orbite basse mais c’est déjà un début. L’ISEC devrait réunir à Washington en août prochain toutes les équipes travaillant sur le sujet pour une revue de détail du sujet. A défaut d’être opérationnel, l’Ascenseur Spatial reste un excellent sujet de travaux pratiques pour les étudiants. Ce qui est déjà un défi.

Antoine Meunier

 

 

Crédits photos : NASA

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale.@gmail.com

 

Lien vers le site de l'Isec : www.isec.org

 

 

* cf. www.lepoint.fr du 1/03/11

 

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #Futur-Technologie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :