Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dennis Tito

Pour 20 millions de dollars, Dennis Tito devient le 28 avril 2001 le premier passager payant de l'ISS

 

A l’heure où l’on célèbre les 50 ans du premier vol habité et les 30 ans de celui de la première navette spatiale, Dennis Tito, milliardaire texan, s’offrait un billet pour l’ISS il y a tout juste dix ans.

 

En une décennie, sept touristes spatiaux ont voyagé vers la Station spatiale internationale (ISS). L’un d’entre eux s’est même offert le luxe d’y retourner une seconde fois. Cependant, les tarifs proposés par Space Adventures, seule firme à commercialiser les séjours privés à bord du complexe orbital, restent aujourd’hui totalement inaccessibles pour le commun des mortels. En 2001, Dennis Tito a déboursé vingt millions de dollars pour s’offrir une escapade d’une semaine avec vue imprenable autour de la Terre. Avec Charles Simonyi (5ème touriste en 2007), le prix grimpe à 25 millions. En 2008, Richard Garriot (fils de l’ancien astronaute Owen Garriot) signe un chèque de 30 millions de dollars et pour Guy Laliberté, en 2009, l’addition atteint tout de même 35 millions de dollars. Toutefois, c’est Charles Simonyi qui aura dépensé la bagatelle de 60 millions de dollars pour réaliser son rêve à deux reprises. Ajoutons que pour passer deux semaines dans la station, un entraînement similaire à celui d’un astronaute reste exigé afin d’être en mesure d’affronter le décollage de la fusée Soyouz ainsi que la rentrée atmosphérique. Il s'agit bien sur des deux paramètres critiques qui constituent un vol en orbite basse.

SS2

A bord du Space Ship Two, les passagers ne débourseront "que" 200 000 dollars. Il s'agit cependant d'un vol suborbital

 

Offre d'emploi

Par contre si l'on descend entre 15 et 100 kilomètres d’altitude « il ne se passe rien », serait-on tenté de dire. Voilà justement le domaine qu’une nouvelle lignée de pionniers a bien l’intention de s’approprier. Lorsque Scaled Composites remporte le X Prize en octobre 2004 avec le Space Ship One, le projet suscite l’intérêt de l’excentrique milliardaire Richard Branson, patron du groupe Virgin. Objectif : développer une version agrandie de l'appareil capable d'emmener six passagers à 110 kilomètres pour admirer la courbure de la Terre. Ce sera le Space ShipTwo, plus connu à présent sous le nom d'Enterprise. Le second devrait être baptisé Voyager. Si à présent, les vols commerciaux sont annoncés pour l'an prochain, pour affronter un vol suborbital, les dirigeants de la société imposent tout de même une préparation physique de trois jours à leurs futurs voyageurs. Ici, le prix du ticket descend à "seulement" 200 000 dollars pour connaître quelques minutes d’impesanteur sur une trajectoire similaire à celle utilisée autrefois par le mythique avion-fusée X-15.

Et alors que les festivités autour des 50 ans du vol de Gagarine battent leur plein, voilà que Virgin Galactic lance un recrutement de pilotes pour ses futurs Space Ship Two. Une expérience de vol spatial « est un avantage » rapporte l'annonce en ligne sur le site de la société. De par leur expertise du milieu spatial, les astronautes sont donc, sur le papier, les plus qualifiés.  Deux postes sont à pourvoir pour les intéressés... Si la clôture des candidatures a lieu le 30 avril prochain, Virgin Galactic entend toutefois choisir les personnels les plus qualifiés et sachant gérer les relations humaines avec ses futurs passagers, forcément pas comme les autres, puisqu'ils auront la chance de voir la Terre comme jamais auparavant.

            Un demi-siècle après le vol de Youri Gagarine, trente ans après la première navette spatiale, le tourisme spatial n'est-il finalement pas une manière de réinventer l'accès à l'espace ? Début de réponse possible courant 2012...

Antoine Meunier

 

 

 

 

 

 

Crédits photos : NASA/Virgin Galactic

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 


©                                                        La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #Tourisme spatial

Partager cet article

Repost 0