Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MSL on Mars

Si tout va bien,Curiosity sera à poste dans le cratère Gale d'ici neuf mois

 

C’est à présent au tour de la sonde Mars Sample Laboratory, baptisée Curiosity, de prendre le chemin de la Planète Rouge. Lancement prévu le 26 novembre depuis Cap Canaveral.

Et voilà, Curiosity se prépare à affronter le vide de l’espace pour un voyage sans retour de neuf mois vers Mars. Avec ce rover, on passe dans la catégorie supérieure par rapport à Spirit et Opportunity (dont la mission est toujours en cours dans le cratère Endeavour). Accusant 900 kilogrammes à la pesée, cette astromobile embarque 75 kilos de charge utile contre seulement cinq pour chacun des deux MER. Cet engin semble prêt à battre tous les records puisque sa durée de vie estimée est de 98 semaines et qu’il doit parcourir en principe vingt kilomètres (une distance déjà largement franchie par Opportunity). En théorie, il doit pouvoir battre cette distance puisqu’il est alimenté par un générateur au plutonium 238. Une nouveauté caractérise MSL : son étage de descente. En effet, compte tenu de la masse du rover, les ingénieurs n’ont pas retenu, le système classique d’airbags utilisés notamment sur les MER ou sur Sojourner en 1996. Ce laboratoire roulant sera descendu par un système de trois câbles long de 7,5 m chacun en dessous de l’étage de descente. L’avantage de cette technique est qu’elle permet de poser le rover sur un sol pentu ou comportant des rochers comme le site retenu pour l’atterrissage - le cratère Gale. Cependant, pilotage et navigation sont rendus plus complexes mais s’il est bien un secteur où l’on doit chercher à innover, c’est bien l’astronautique.

MSL Landing

Pas d'airbags pour l'atterrissage de Curiosity mais un système plutôt complexe qui assurera la descente finale


Préparer le terrain

Concernant les objectifs de Curiosity, il y en a quatre : déterminer si la vie a pu exister, étudier le climat de Mars, préciser la géologie et préparer l’exploration humaine dont la vision à l’heure actuelle se limite pour les dix prochaines années à la Station spatiale internationale (ISS). Dans une période économique aussi difficile que celle que nous traversons, une mission aussi ambitieuse comme le vol habité vers un astéroïde, souhaitée par la NASA, pour succéder à l’ISS au cours de la prochaine décennie doit avoir des garanties. Il faut encore laisser le temps aux Etats-Unis de préparer le MPCV dont le premier vol automatique devrait intervenir pour 2014, voir peut-être fin 2013. Mais finalement, n’est-ce pas dans les temps de trouble que les grands objectifs se dessinent ?

Antoine Meunier

 

 

Crédits Photos : NASA/JPL-Caltech

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.fr

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #Exploration

Partager cet article

Repost 0