Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

180842main launch quick 1280

Trente-neuvième et dernier décollage pour Discovery...

 

Après un report de quatre mois, la navette, doyenne de la flotte de la NASA, s’est envolée comme prévu du Centre spatial Kennedy (KSC). L'équipage commandé par Steven Lindsey doit rejoindre l’ISS après-demain.

Avec ce lancement, on ne peut s’empêcher d’éprouver un pincement au cœur. Ce vol de onze jours marque le point final de la vie opérationnelle de la troisième navette spatiale américaine (Columbia et Challenger étant les deux premiers éléments de la flotte). En trente-neuf missions et un quart de siècle d’existence, Discovery a (presque) tout connu : cinq administrations successives, la fin de la Guerre Froide, deux stations spatiales (Mir et l’ISS). La carrière de la navette Discovery démarre le 30 août 1984 lors de la mission STS-41D qui permet la mise en orbite de trois satellites de télécommunications. A cette occasion, Charles Walker, ingénieur de Mac-Donnel Douglas, devient même le tout premier passager payant de l’histoire de la conquête spatiale moyennant un billet de 80 000 dollars. L’année suivante, elle embarque Patrick Baudry, le second astronaute français, doublure de Jean-Loup Chrétien lors de la mission PVH de 1982 en URSS.jsc2010e110183

R2 est un assistant très polyvalent. Il assiste les astronautes...et possède même un compte twitter !


Un parcours exceptionnel

N’en déplaise aux détracteurs de la navette, Discovery (comme ses consoeurs) a finalement fait preuve d’une exceptionnelle polyvalence. Elle a pris part à des missions militaires dont une dans le cadre du programme Guerre des Etoiles en 1991 (STS-39). Côté civil, elle a notamment déployé la sonde d’observation du Soleil Ulysses en 1990, développée conjointement par la NASA et l’ESA. Elle a permis la mise en poste (toujours actif depuis 21 ans) du Télescope spatial Hubble. Neuf ans plus tard, l’astronaute français Jean-François Clervoy participe à la mission de maintenance SM3-A du vénérable instrument qui nous permet aujourd’hui de mieux comprendre l’univers. Mais plus encore, Discovery réalise en 1995 le premier rendez-vous (sans amarrage) avec la station Mir. Une manière de boucler la boucle avec la mission conjointe Apollo-Soyouz de 1975. Ce qui inaugurait l’ère de la collaboration spatiale telle que nous la connaissons aujourd’hui avec l’ISS. Et pour la dernière fois aujourd'hui, Discovery effectue une mission dans l’espace. Objectif : raccorder, entre autres, de manière définitive le module logistique Leonardo (MPLM) qui a été reconditionné en espace de stockage. Par ailleurs l’ISS sera désormais équipée de Robonaut 2, ou R2, un robot devant assister les astronautes dans différents travaux. Toutefois, les défaillances du réservoir extérieur du shuttle du mois en novembre l’ont un peu éclipsé. Car après tout, pour sa dernière sortie, la vedette de cette mission n’est-elle pas Discovery elle-même ?

Antoine Meunier

 

Crédits : NASA

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0