Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

654173main snc captivecarry

Le démonstrateur du Dream Chaser ici lors de test captif du 29 mai dernier suspendu à son hélicoptère Skycrane

 

En 1977, les premiers essais d’atterrissage d’un avion orbital se déroulaient sur la base aérienne d’Edwards. Au cours de cet été, le Dream chaser de Sierra Nevada Corporation pourrait faire son premier test d’atterrissage.

Les avions spatiaux ont-ils encore un avenir ? C’est bien ce qu’entend démontrer la firme SNC avec son Dream Chaser. Après un récent vol captif de son modèle de test suspendu à un hélicoptère Skycrane, des premiers essais d’atterrissage automatique pourrait être tentés durant l’été sur la base d’Edwards. C’est ce que déclarait Mark Sirangelo, vice-président de SNC Space Systems dans l’édition de Nasaspaceflight.com du 9 juin dernier. Un premier vol libre, piloté cette fois-ci, pourrait suivre. C’est l’ancien astronaute Steve Lindsey*, Directeur des vols de Sierra Nevada Corporation qui pourrait réaliser ce premier vol. Comme l’Enterprise OV-101 en son temps, le Dream Chaser Engineering Test Article (ETA) n’ira jamais dans l’espace. Toutefois, les tests d’atterrissage doivent permettre de comprendre le comportement de l’appareil lors le la phase finale du retour. Vitesse finale d’atterrissage visée : 191 nœuds, soit un peu plus de 350 kilomètres/heure. Une vitesse inférieure à celle de la navette. SNC a d'ailleurs testé le nez du train d'atterrissage principal en février rapporte le site marketwatch.com dans son édition du 11 juillet.750px-NASA HL-20 Lifting Body - GPN-2000-001923

Sur cette illustration, le HL-20 dont s'inspire le Dream Chaser

Concurrent du programme CCDev, le Dream Chaser a reçu une enveloppe de vingt millions de dollars de la NASA pour démontrer sa faisabilité du concept qui s’inspire du lifting bodie HL-20 étudié plusieurs années par l’administration spatiale américaine au cours de la décennie 90 (le financement apporté ne représente que le quart de ce qu’a reçu le CST-100 de Boeing qui propose une capsule). Aujourd’hui, selon Mark Sirangelo, la mise au point de cette splendide machine coûterait moins d’un milliard de dollars.Dream Chaser Atlas V Integrated Launch Configurati-copie-1

L'Atlas 5 pourrait servir de vecteur de lancement

Seulement 1,5 G

Si son développement se poursuit normalement, le Dream Chaser serait lancé par une fusée Atlas 5. Avec ce petit appareil, sept personnes pourraient rejoindre l’orbite basse donc l’ISS. Pendant la rentrée, la décélération serait de l’ordre d’1,5 G. Cependant, l’heure reste pour le moment à la mise au point avec des essais possibles sur le White Knight 2 mis au point par Scaled Composites. La société de Burt Rutan a d’ailleurs, par le passé, réalisé des essais pour la navette automatique X-37 avec le White Knight 1. Toutefois, rien n’est encore officialisé pour que le White Knight 2 serve d’avion porteur. Mais cela reste toutefois une option sérieusement envisagée. Trente-cinq ans après les débuts du tout premier avion spatial, Dream Chaser marche désormais dans les pas de la navette spatiale. Du moins dans celle de la navette Enterprise

Antoine Meunier

 

 

Sources : Nasaspaceflight/SNC/Marketwatch.com (The Wall Street Journal)

Crédits photos : NASA/NASA Bill Ingalls

 

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

*STS- 87, STS-95, STS-104, STS-121, STS-133

 

  Dernière mise à jour : 11 juillet 2012


 

©                                                        La Chronique Spatiale (2012)

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost 0