Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lynx.jpg

Le Lynx d'Xcor devrait grimper à plus de 60 000 mètres d' altitude à Mach 2.


Si Virgin Galactic annonce ses premiers vols commerciaux pour 2012,  d'autres  acteurs du secteur aérospatial ont bien l’intention de s’engager dans l’aventure du tourisme spatial.

Petite start-up de vingt-cinq personnes basée à Mojave dans le Nevada, Xcor Aerospace pourrait passer pour un poids plume à côté du couple Virgin Galactic/Scaled Composites. Pourtant, cette société dirigée par Jeff Greason entend bien se tailler une place de choix dans le marché naissant du tourisme spatial. Son concept : le Lynx, un avion propulsé par un mélange Lox-kérosène et capable de grimper à 61 kilomètres d’altitude à Mach 2 sur une trajectoire balistique. Quelques minutes d’impesanteur sont garanties aux deux passagers embarqués (pilote compris), le temps d’admirer la courbure de notre planète et le relief terrestre. Sensations garanties avant un retour en vol plané. Toutefois, à la différence du futur Space Ship Two, le Lynx reste en dessous de la barre des cent kilomètres et se cantonne donc strictement au domaine aéronautique bien que réunissant les mêmes paramètres de vol que son homologue de Virgin Galactic mais à une altitude inférieure.

Quatre vols quotidiens

Le tarif proposé par Xcor est de 98 000 dollars, les futurs passagers du Lynx connaîtront les mêmes sensations qu’un astronaute mais sans avoir symboliquement franchi la frontière qui marque l'entrée dans le domaine astronautique. Ils ne sortiront donc pas de la sphère terrestre. Un premier vol d'essai de cet ambitieux appareil est  en principe attendu pour 2012. Plusieurs arguments donnent des raisons de croire au projet. D’une part, l’ancien astronaute Rick Searfoss (STS-58, STS-76 et STS-90) assure la direction des essais en vols. De plus, Xcor travaille en partenariat avec United Launch Alliance, le joint Venture formé par Lockheed Martin et Boeing qui  s’occupe de la gestion des lanceurs de classe Delta et Atlas. ULA et Xcor ont d’ailleurs réussi récemment un test de moteur à consommation  économique de carburant. En février, un autre contrat a également été signé  avec le Southwest Research Institute et la petite PME spatiale pour  six vols scientifiques avec des spécialistes de charges utiles. Par ailleurs, Xcor Aerospace entend bien aller plus loin et lancer dans la foulée un second appareil. Si le Lynx I est un succès, un Lynx  II, capable d'atteindre les cent kilomètres et d'effectuer quatre rotations quotidiennes, entrerait ensuite en service. Sur le papier, la théorie est impeccable mais dans la pratique, tout dépendra de l'avancée du programme et de la réussite des essais en vol qui restent encore à venir. Wait and see donc...

Antoine Meunier

 

 

Crédits photo : Xcor Aerospace

Contacts

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

 

 

©                                                        La Chronique Spatiale (2011)

Tag(s) : #Tourisme spatial

Partager cet article

Repost 0