Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ISS and Endeavour seen from the Soyuz TMA-20 spacecraft 07

La Station spatiale internationale (prise ici depuis le vaisseau Soyouz TMA-20 en 2011)

 

Découvrir l'exploration spatiale pendant une après-midi, c’est l’initiative proposée par l’Agence spatiale Européenne (ESA) et la mairie du XVème arrondissement de Paris samedi 23 février. En compagnie de leur consoeur Pamela Melroy (NASA), les astronautes Jean-François Clervoy et Léopold Eyharts animaient une conférence sur l'exploration spatiale habitée. Une initiative trop rare.

Pour présenter l’espace au grand public, les astronautes restent les meilleurs avocats. Car la discipline de l'astronautique qui provoque probablement le plus souvent l'émerveillement reste incontestablement les vols habités et les domaines connexes. Avec images et vidéos, forcément spectaculaires, Jean-François Clervoy – le plus capé des astronautes français avec trois missions à son actif* –, a ouvert le bal pour parler des vols paraboliques grand public qui démarrent dès le 15 mars.  Comme le souligne l’astronaute, peut-être un peu didactique, ce sera l’occasion de se glisser dans la peau d’un astronaute le temps d’une journée. Il en coûtera cependant un peu moins de 6 000 euros. Un prix qui peut-être pourra baisser si le marché est là. Le vol parabolique, c’est un moyen de découverte ludique pour aborder l’espace. Le milieu le plus hostile où travaille en permanence un équipage de six personnes. Un milieu qui attire et qui fascine.

Visite-des-astronautes 2792BBBBB 

Les astronautes Jean-François Clervoy, Pamela Melroy et Lépold Eyharts en compagnie de Monsieur Philippe Goujon, maire du XVème arrondissement de Paris

Une porte sur l’avenir

Et dans ce même milieu où la moindre erreur peut s’avérer définitive, se trouve depuis cinq ans le laboratoire européen Columbus arrimé sur la partie américaine de l’ISS. Léopold Eyharts, 55 ans, pilote de chasse et d’essai, est revenu sur la mission (STS-122) qui, en 2008, l’a conduit dans l’espace pendant 49 jours. Durant presque deux mois, sa mission fut consacrée à la réception du laboratoire dont nous fêtons les cinq années de présence sur le complexe orbital mondial. Une station qui est « la vôtre », a tenu à souligner Léopold Eyharts auprès du public présent dans la salle.

Astronaut Scott Parazynski repairs a damaged ISS solar pane

Accroché au sommet de deux bras-robots pour réparer un panneau solaire endommagé de l'ISS, l'astronaute Scott Parazynski mènera l'une des EVA les plus difficiles de la mission STS-120 (2007)

Une station que connaît également bien Pamela Melroy puisqu’elle s’y est rendue à trois reprises : deux fois en tant que pilote et une dernière fois en tant que commandant fin 2007. Quelques mois justement avant que Léopold Eyharts n’entreprenne son vol de deux mois sur l’ISS, Madame Melroy est revenue sur la tache particulièrement difficile que Scott Parazynsky a mené durant le vol STS-120 : réparer un panneau solaire endommagé en étant accroché au bras-robot de manière acrobatique.

Cette rencontre avec le public a été aussi le moyen de découvrir l’avenir du vol habité qui se traduit, entre autres, avec les capsules Dragon de la société privée Space X pour le transport de fret et le futur vaisseau Orion pour les équipages. C’est aussi l’aventure du tourisme spatial qui commence à s'écrire. Et Pamela Melroy de conclure, « et dans vingt-cinq ans, c’est nous qui reviendrons pour écouter vos histoires. » Le rendez-vous est pris…

Antoine Meunier

 

 

Crédits photos: NASA/S.Sébile/NASA

Contacts

 

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr

lachroniquespatiale@gmail.com

 

 

 

*ex aequo avec Jean-Loup Chrétien

 

 

©                                            La Chronique Spatiale (2013)

Tag(s) : #Culture

Partager cet article

Repost 0